Rad Q T0 b

Newsletter Radiesthésie Quantique (ex "Rad & Santé" pour Radiesthésie et Santé Holistique).

Tome 0 partie b : les domaines d'emploi du biotest radiesthésique, le PENDULE

Tome 0 : LE LIVRE

Vous trouverez ici tout le texte de la suite du livre avec suffisamment d'illustrations pour bien comprendre. Ainsi vous pourrez facilement faire une recherche (en haut à droite).

Si vous voulez voir toutes les illustrations et tous les tableaux, il vous faudra acquérir le livre papier sur Amazon ou Lulu (682 pages A4).

NB: Les illustrations sont en très base définition, en effet en 1999-2001 le débit internet venait d'un modem 32K et les images mettaient du temps... Plus vous avancerez dans les tomes, meilleure sera la qualité des images.

>>> Vers le forum de la news: Groups.Google.com/forum/#!forum/newsletter-etherapia

Dans la suite de ce cyber-livre, nous allons aborder les domaines d'emploi de l'outil radiesthésique (le biotest au pendule). En effet, si le réflexe radiesthésique est un excellent outil de biotesting, cela ne veut pas dire qu'il fait tout tout seul, il lui faut un cadre, un domaine d'emploi, et même une éthique...

CHAPITRE 7

Le Divin

Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eût un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci "'Enterrons la divinité de l'homme dans la terre."

Mais Brahma répondit : "Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera."

Alors les dieux répliquèrent : "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans."

Mais Brahma répondit à nouveau : "Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."

Déconcertés, les dieux mineurs proposèrent : "Il ne reste plus que le ciel, oui, cachons la divinité de l'homme sur la lune."

Mais, Brahma répondit encore : "Non, un jour, l'homme parcourra le ciel, ira sur la lune et la trouvera."

Alors les dieux mineurs conclurent : "Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."

Alors Brahma dit : "Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher."

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, exploré la lune et le ciel à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

CHAPITRE 8

La Vérité

Introduction

La vérité, je la connais, je l'ai rencontrée, je l'ai même touchée!

Le conte Derviche

Au-delà de Ghor s'étendait une cité dont tous les habitants étaient aveugles. Un roi arriva en ces lieux, accompagné de sa cour et de toute une armée ; ils établirent un camp dans le désert. Or ce monarque possédait une arme puissante (un éléphant) qu'il lançait dans la bataille pour accroître la terreur de ses ennemis.

La populace brûlait de connaître cette arme nouvelle et certains des membres de cette communauté d'aveugles se précipitèrent en désordre à sa découverte. Comme ils ne connaissaient ni la forme ni même le contour d'un éléphant, ils le tâtèrent à l'aveuglette, recueillant des informations en touchant telle ou telle partie de l'animal. Chacun croyait savoir quelque chose parce qu'il avait pu en sentir une partie.

Lorsqu'ils revinrent auprès de leurs concitoyens, ils furent aussitôt entourés de groupes avides, tous étaient anxieux, bien à tort, d'apprendre la vérité de ceux-là mêmes qui étaient dans l'erreur. Ils posèrent des questions sur la forme et l'apparence de l'éléphant et ils écoutèrent tout ce qu'on leur en dit.

On interrogea sur la nature de l'éléphant l'homme dont la main avait atteint une oreille. Et cet homme d'affirmer : « C'est une grande chose rugueuse, aussi large qu'un tapis. ». Celui qui avait touché la trompe proclama : « Moi, je sais à quoi m'en tenir. Cela ressemble à un tuyau droit et creux, horrible et destructeur ». « Il est puissant et ferme comme une colonne. », dit à son tour celui qui avait tâté les pattes.

Chacun avait touché une partie du corps de 1'éléphant. Chacun l'avait correctement perçue cette partie. Aucun ne connaissait le tout. Tous imaginaient quelque chose. Et l'image qu'ils s'en faisaient était fausse.

Epilogue

On a beau avoir touché la vérité, ce n'est pas pour cela qu'on la connaît.

Les voies de l'intellect ordinaire ne sont pas la Voie de la science divine.

Ce conte derviche écrit au XIIème siècle par Hakim Sanai est plus connu dans la version qu'en a donnée son disciple Rumi : « L'éléphant dans la maison obscure ».Les deux histoires développent un argument similaire utilisé traditionnellement par les maîtres soufi depuis des siècles. Dans la deuxième version, l'ennemi possède une arme secrète inconnue (l'éléphant) et elle est cachée dans une maison totalement obscure. Les espions s'y infiltrent et, à tâtons, découvre l'arme...

Et, pour ceux qui préfèrent, voici une autre version plus moderne...

Les aveugles et l'éléphant

Un groupe d’aveugles marchait sur la route. "Un éléphant arrive!" cria un passant. Les aveugles, de leur vie, n’avaient jamais rencontré un éléphant. Ils se précipitèrent sur l’animal. Le premier, accroché à une patte cria : "Un éléphant, cela ressemble au tronc d’un cèdre du Liban. C’est rond et solidement planté dans le sol.". " Mais non, répliqua un autre, suspendu à la trompe. C’est une espèce de serpent qui se contorsionne dans tous les sens. C’est mou et cela s'enroule autour de moi". "Vous n’êtes que de stupides ignorants, renchérit un troisième, grimpé sur le dos de l’animal. Un éléphant, c’est une vaste colline, sur laquelle on peut rouler". "Bêtises ! Vous avez tous perdu la raison, hurla le quatrième, qui tâtait une oreille. L’éléphant est fait comme un grand champignon de peau mince et flasque!" Chacun restant sur ses positions, les aveugles commencèrent à se battre. Un voyant, qui passait par là, s’enquit de la raison de leur dispute. Tous criaient ensemble : "Ces imbéciles ne comprennent rien à la vraie nature de l’éléphant ; ils professent d’absurdes hérésies, qui vont tromper leurs semblables, et les conduire sur le chemin de la perdition". Le voyant essaya de les détromper, mais en vain. Il paraît qu’ils se battent toujours, dans les chapelles, les temples ou les mosquées.

Jacques Brissaud, Assadulah Raid- La taverne du cœur.

CHAPITRE 9

La Sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

- "Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda le Prince.

- "Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications : Sur ta route, tu trouveras trois portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi."

Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire:

CHANGE LE MONDE

- "C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas."

Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du cœur. Il réussit à changer certaines choses, mais beaucoup d'autres lui résistèrent.

Bien des années passèrent. Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

- "J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas".

- "C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise."

Et il disparut. Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire :

CHANGE LES AUTRES

- "C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration."

Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat.

Bien des années passèrent. Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

- "J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racines toutes ces choses."

- "Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir."

Et le Vieil Homme disparut. Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :

CHANGE-TOI TOI-MEME

- "Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire," se dit-il.

Et il entama son troisième combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

- "J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser."

- "C'est bien," dit le Sage.

- "Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise."

- "C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru."

Et il disparut. Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la troisième porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

ACCEPTE-TOI TOI-MEME.

Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens.

- "Quand on combat, on devient aveugle, se dit-il."

Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer.

Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

- "J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement."

- "C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la troisième porte."

A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut :

ACCEPTE LES AUTRES

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage.

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" demanda ce dernier.

- " J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux. J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement."

- "C'est bien," dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut :

ACCEPTE LE MONDE

- "Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois."

Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard ?

Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"

- "J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement."

- "C'est la troisième Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde."

Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita.

- "Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence".

Et le Vieil Homme disparut.

CHAPITRE 10

Ondes & Vibrations

1. La sinusoïde et ses caractéristiques

Une onde, une vibration est traditionnellement modélisée par une sinusoïde alternative.

On remarque tout de suite la période notée T: Toutes les T secondes le cycle reprend, c'est la périodicité.

La fréquence, notée F, est l'inverse de la période et s'exprime en Hertz ou cycles par seconde:

F = 1 / T

Enfin l'amplitude, notée A, est la "force" de l'onde.

Voyons une approche plus pratique de la sinusoïde. Quand vous pédalez sur votre vélo en faisant 1 tour de pédale par seconde, la fréquence est de 1 hertz (noté Hz).

Dernière notion souvent utilisée, la longueur d'onde notée soit LO soit Lambda (la lettre grecque). Elle se calcule par rapport à la période T et la vitesse de propagation de l'onde dans le milieu considéré (noté V):

LO = T x V

LO est en mètre (m) si V est en mètre par seconde (m/s) et T en secondes (s). On exprime souvent LO en fonction de F, on a alors: LO = T / F.

V = 300 000 000 m/s pour les ondes électromagnétiques, c'est la vitesse de la lumière dans le vide notée aussi "c". En revanche, pour les ondes acoustiques dans l'air V=335 m/s environ.

2. Octaves et harmoniques

Nous allons maintenant voir la notion d'harmonique. Sur une guitare, gratter une corde à vide: c'est la fondamentale. Maintenant pincer la corde en son milieu, gratter, vous entendez la même note à l'octave: c'est l'harmonique. Cet harmonique noté F2 est l'octave de la fondamentale notée ici F1.

Les relations que nous avons déjà vues plus haut (LO=TxV et F=1/T) nous permettent de vérifier que F2=F1x2 en Hz.

De même, en redivisant la corde encore en deux, on obtient l'octave de l'octave: F2x2 soit F1x4 puisque F2=F1x2. On notera cet harmonique F4. Les harmoniques impairs existent aussi, il suffirait de diviser la corde en trois pour obtenir : F3=F1x3.

Voici, à titre d'exemple, la note Do2 (130Hz) sur une portée et la suite de ses harmoniques:

F1 F2 F3 F4 F5 F6 F7 F8

Do2 Do3 Sol3 Do4 Mi4 Sol4 Si4b Do5

Ce sont les harmoniques qui font la richesse d'un son musical.

3. Composition des harmoniques et série de Fourrier

Nous allons voir maintenant la forme d'une onde composée de plusieurs harmoniques. D'une façon générale, les harmoniques étant d'amplitudes inférieures à la fondamentale, traçons:

F = 1*F1 + 0.5*F2 + 0.3*F3

Où 1, 0.5 et 0.3 représente les coefficients d'amplitudes respectives de F1, F2 et F3.

Comme on peut le constater la forme obtenue est périodique mais s'éloigne de la sinusoïde.

En continuant notre suite d'harmonique sur la même base, c'est-à-dire avec une amplitude décroissante pour chaque harmonique:

F = 1*F1 + 1/2*F2 + 1/3*F3 + 1/4*F4 + 1/5*F5 + ...

La forme de l'onde tend, dans un premier temps, vers le triangle, puis vers la pulsation (pulse) dont la période est celle de la fondamentale.

A l'inverse, toute onde périodique peut se décomposer en une suite d'harmoniques, c'est ce que l'on appelle la décomposition en série de Fourrier.

L'amplitude des harmoniques n'est pas systématiquement décroissante notamment dans le cas de résonance.

4. Résonance

La forme du corps vibratoire, cellule ou instrument de musique, met souvent en relief un harmonique particulier, c'est ce que l'on appelle le phénomène de résonance.

D'un point de vue physique, on peut aborder la résonance par de petits exemples:

  • Commençons par le plus connu, le régiment qui marche au pas sur un pont. A une certaine cadence, une certaine fréquence, le pont peut entrer en résonance, se mettre à vibrer très fort et même se détruire.
  • Plus cool, devant la caisse de résonance d'une guitare, chanter du grave vers l'aigu, à un moment la caisse entre en résonance avec votre voix. Certaines fréquences sont suramplifiées.
  • Encore plus simple, prenez deux diapasons de même note, faite vibrer le premier, le deuxième, s'il n'est pas trop loin, entre en résonance avec le premier et vibre aussi.

On modélise la résonance par un FILTRE dit passe-bande. Ci-contre, par exemple, les fréquences de 100Hz à 180Hz ne sont pas amplifiées; puis, graduellement, jusqu'à la fréquence centrale F0 de 300Hz, les fréquences sont suramplifiées.

Ensuite, l'amplification retombe jusqu'à 420Hz.

Appliquons ce système de résonance ( F0=300Hz) à une onde triangulaire de fréquence 100Hz (F1=100Hz), nous obtenons :

On remarque l’inverse que pour les séries de Fourrier, de l’onde complexe (signal dit triangulaire qui contient du 100Hz, du 200Hz, du 300Hz, du 400Hz, etc) filtré avec une résonance à 300 Hz, devient une simple sinusoïde (ou presque) à 300 Hz. On peut ainsi aller chercher les « bonnes ondes » qui nous intéresse.

5. Opposition de phases.

Voyons maintenant un phénomène intéressant: l'opposition de phases.

Si à une sinusoïde de fréquence F on superpose une autre sinusoïde de même fréquence mais exactement opposée on obtient ... zéro !!!

Cette particularité est utilisée pour annuler une onde parasite.

6. Echelle des Ondes Electro-Magnétiques

Le spectre des ondes électromagnétiques (OEM) ou Champ Electro-Magnétiques (CEM) est très étendu puisqu'il va de 1Hz à 1023Hz (10 suivi de 23 zéros!).

Préfixes: K: Kilo soit x1000 ou 103 , M: Méga soit 106 , G: Giga soit 109

Applications: 1KHz = 1000Hz , 1MHz = 1000KHz , 1GHz = 1000MHz

Maintenant que les unités utilisées sont définies, parcourons le spectre :

  • Vers 10 Hz on trouve les ondes Alpha du cerveau, celles du sommeil et de la méditation.
  • Puis vers 15Hz, on trouve le champ terrestre de Shumann indispensable à la vie comme l'ont prouvé les voyages dans l'espace.
  • A 50Hz on trouve malheureusement le champ lié à notre 220V.
  • Ensuite, jusqu'à 20KHz c'est le domaine des basses fréquences. En acoustique, c'est le spectre audible et, en bio-électromagnétisme, c'est le spectre des cellules de l'homme.
  • Les ondes dites "radio" prennent le relais: très grandes ondes, grandes ondes, ondes moyennes, ondes courtes, et on arrive à 1GHz avec les ondes TV.
  • Suivent ensuite les micro-ondes et les ondes radars des satellites.
  • L'infra-rouge nous annonce le spectre visible : les couleurs. Elles commencent à 380KGHz pour qui finir avec l'ultra violet à 780KGHz.
  • Enfin les rayons X et les rayons Gamma clôturent le spectre des OEM.

7. Mesure et bruit

Pour finir, abordons la mesure des ondes. Il est plus ou moins facile de mesurer une vibration. Pour les ondes acoustiques le capteur est un microphone, pour les ondes électromagnétiques, c'est une bobine, un solénoïde par exemple. Ensuite, le signal est amplifié et filtré par des moyens électroniques.

La difficulté de mesure vient de l'amplitude de la vibration. Si celle-ci est inférieure au bruit ambiant, il est très très difficile d'analyser le signal. C'est le fameux rapport signal/bruit en Hifi.

Toutefois, le phénomène de résonance permet cette mesure. On parle alors de sélectivité. C'est le cas, par exemple quand un radio amateur Australien capte le message envoyé depuis l'Europe avec un appareil "ondes courtes" rudimentaire donc sans puissance.

Les cellules du corps humain sont très sélectives et peuvent résonner sur des amplitudes 10 à 10000 fois plus petites que le bruit électromagnétique ambiant !

CHAPITRE 11

La mémoire de l'eau : Homéopathie et haute dilution

Voici un modèle de 1985 expliquant le processus des dilutions dynamisations homéopathiques:

Quand on met en solution le produit de départ, un champ électromagnétique issu des molécules actives se forme.

Les lignes de forces du champ agissent sur les molécules d'eau qui s'adaptent en formant des structures hélicoïdales autour des lignes de forces. Lorsque l'on passe à la dilution suivante (1/100 par exemple), la substance entourée de ses molécules d'eau se disperse et se raréfie mais existe toujours.

Il faut alors dynamiser, vortexiser la solution c'est-à-dire la secouée très énergiquement. On provoque alors la rupture des structures hélicoïdales de l'eau entourant les molécules de substance active. Les extrémités se rejoignent pour former des structures relativement stables quant à leur système vibratoire.

Lorsqu'on arrive au point où plus aucune molécule de substance active n'est présente (12K ou 12CH), les structures se brisent lors des dynamisations et se réunissent pour former des structures plus importantes dont les fréquences d'oscillations sont plus précises.

Voyons maintenant des travaux plus récents, ceux de J. Benveniste.

J. Benveniste présente une méthode démontrant ce qui a été dénommé par les médias "la mémoire de l’eau", et qu'il appelle plutôt "l’information de l’eau". Cette méthode repose sur la réactivité cutanée de lapins. Elle consiste en 3 dilutions et des injections intradermiques. Comme ces travaux sont décrits en détail sur le site Internet: Digibio de J. Benveniste, je ne présenterais qu'une synthèse.

Bases de l’expérience:

La Bradykinine (BK) ou l'histamine (H) sont connues pour être inactives en dessous de 6 x 1013 molécules/ml. Considérons ainsi une solution de BK ou H à 6 x 108 molécules/ml, c'est-à-dire, 105 au-delà de la dernière dilution active. Prenons deux tubes A et B de cette solution, et dynamisons le tube B pendant 15 sec. Ensuite nous réalisons un test cutané sur la peau d'un cobaye ou mieux d'un lapin. Alors que la solution A ne déclenche, comme on s'y attend, aucune réaction; la solution B déclenche une réaction comparable à ce que l'on observe avec une solution active.

Interprétation: Cela peut apparaître comme un "tour de magie" incompréhensible en biologie structurale. Pourtant l’explication est simple, il n’y a pas assez de molécule (6 x 108 molécules/ml) pour activer directement les récepteurs vasculaires mais suffisamment pour "informer" l’eau après agitation violente.

Une agitation énergique induit la diffusion d'un message moléculaire,

d'une information, aux molécules d'eau environnantes.

Remarques relatives au stockage: Différents facteurs peuvent annuler l'information contenue dans les hautes dilutions. Tout d'abord, un champ électromagnétique 50Hz, hors ils sont présents partout même sur votre table nuit!, ensuite la température, ça commence à partir de 37° (donc dans votre main) et ça fini à 120°, enfin le soleil. En revanche la congélation ne supprime pas l'information.

Pour finir, présentons les travaux du Dr Emoto

Le Dr Emoto a mis en évidence ce que l'on nomme ici la mémoire de l'eau. La technique est simple: on met de l'eau distillée en présence d'une information électromagnétique ou non, on la fait geler puis on photographie les cristaux ainsi obtenus. Le Dr Emoto a ainsi pu mettre en évidence l'influence, sur l'eau, d'une musique mais aussi d'une prière! Quand on sait que plus de 65% de notre corps est fait d'eau...

CHAPITRE 12

Homéopathie et isothérapie

Au début du XIX° siècle, Hahnemann, après avoir refusé les dogmes de la médecine traditionnelle, a élaboré les bases de l'homéopathie en respectant les faits expérimentaux même s'ils étaient surprenants.

Loi de similitude

En homéopathie, tout ce qui peut provoquer une maladie ou un symptôme précis à dose élevée chez un homme sain sera utilisé à dose extrêmement diluée pour soigner les mêmes symptômes chez un homme malade. C'est le principe de similitude:

  • La loi de similitude : Un produit capable de déclencher les symptômes d'une maladie à dose normale (quelques grammes) pourra combattre ces mêmes symptômes à doses infinitésimales.

On utilise par exemple le venin d'abeille (apis) dilué pour calmer une piqûre d'abeille!

Loi de Totalité: l'approche globale de l'homme

Un autre point très important d'Hahnemann, c'est l'approche globale, holistique: on traite le malade, pas la maladie. Voici un point de vue récent sur cette approche dite encore systémique :

Selon l'approche holistique de l'homme, le corps est constitué d'états vibratoires. Ces états constituent à la fois la structure et le fonctionnement du corps. Ainsi, anatomie et physiologie, biologie et psychisme, matière cellulaire et pensée, corps et esprit sont étroitement liés, en interaction dynamique. Un stress, un choc physique ou psychique crée un blocage. L'information de base ne peut plus alors être communiquée à la cellule. L'organisme tombe malade, il se dé-harmonise.

La substance homéopathique peut corriger ces mauvais fonctionnements par résonance, par ré-information cellulaire.

Loi de l'infinitésimalité: les hautes dilutions

En allopathie (pharmacie traditionnelle), on mesure les principes actifs en grammes et en milligrammes (un millième de gramme), en homéopathie, on mesure en dilutions. En voici les bases :

  • La dilution centésimale (notée CH ou C) divise de 100 en 100 la teinture de base. Ainsi une 1CH sera le résultat d'une dilution d'un millilitre (un quart de cuiller à café) dans 100 millilitres d'alcool ou d'eau pure (un verre). Pour 5CH on recommencera cette dilution encore 4 fois. Si une 1CH contient 1/100 de produit de base, une 2CH en contient 1/10000, et une 5CH en contient seulement 1/10000000000!!!
  • La dilution décimale hahnemannienne (notée DH, XH ou X) divise la teinture de base de 10 en 10. Comme 1/10 fois 1/10 donne 1/100 2DH=1CH, 4DH=2CH etc.
  • La dilution korsakovienne (notée K) est une variante des centésimales hahnemaniennes qui n'utilisent qu'un seul flacon que l'on vide, remplit et dynamise autant que nécessaire. Le principe de base est que le reste de la dilution sur les parois est d'environ 1/100. N'utilisant qu'un flacon, cette méthode est très pratique.

Dynamisation

C'est également un grand principe qui gouverne l'homéopathie telle que l'a définie Hahnemann. En effet comment une 5CH peut-elle guérir avec seulement 1 dose de produit sur 10000000000 ...? Et une 12CH?!!! A partir de 12CH ou 12K nous sommes en dessous de la dilution dite d'Avogadro (1023) et il est donc impossible par analyse chimique de déterminer le produit de base...

Pour que l'information vibratoire reste, entre chaque dilution, on applique au mélange une dynamisation correspondant à au moins cent chocs brutaux (voir la mémoire de l'eau). Cette dynamisation réactive donc les molécules en les dupliquant et en laissant leur empreinte électromagnétique, leur message, leur information énergétique.

Astuces:

  • Une 5CH est une dilution en 1010, une 12CH en 1024, le nombre de zéros est le double du chiffre de CH.
  • Une 5DH est est une dilution en 105, une 12DH en 1012, le nombre de zéros est donné par le chiffre de DH

L'Isothérapie

L'isothérapie consiste à se servir des propres sécrétions du corps pour faire une dilution homéopathique: Sang, urine, matière fécale, salive, larmes, sueur... Mais aussi: cordon ombilical, placenta, cheveux, dents de lait. Le gros avantage est que l'on travaille sur les propres vibrations du corps. Prenons comme exemple l'isopathie d'urine, c'est l'adaptation et l'amélioration d'une technique millénaire hindoue, l'Amaroli. En effet, comme l'urine contient les traces des cellules de tout ce que le corps a utilisé dans la journée pour se défendre, combattre, lutter..., en cas de maladie: grippe, rhume..., l'iso d'urine permet souvent d’accélérer le processus de rétablissement (Interdite en France depuis 1998, autorisée en Suisse et dans d’autres pays).

Rappel: L'exercice illégal de la médecine est interdit.

CHAPITRE 13

Les centres énergétiques

Historiquement, c'est le modèle hindou des centres énergétiques qui fut le premier "importé" en occident par les mouvements ésotériques: les fameux chakras ou cakras. Aujourd'hui, c'est toujours ce modèle qui prédomine même s'il a subi de nombreuses modifications et adaptations en fonction des points de vues Tibétains et Chinois notamment.

Le schéma ci-contre est un des modèles couramment admis en médecine énergétique. Décrivons le rapidement :

On reconnaît 7 centres alignés. Le premier confondu avec le périnée est en relation avec la terre, c'est la connexion tellurique. Le dernier, confondu avec la glande pinéale, est en relation avec le ciel, c'est la connexion cosmique.

Le centre cardiaque, qui est souvent considéré comme le point privilégié de la connexion cosmo-tellurique, est en relation avec les mains (les mains du magnétiseur).

D'une façon générale, les centres peuvent être considérés comme centripètes ou centrifuges, c'est-à-dire comme absorbant l'énergie ou en envoyant.

Par rapport à ce modèle de base, de nombreuses variantes existent comme le tableau comparatif et les images ci-dessous et pourront vous le confirmer.

Il est donc très important de se rappeler ce qu'est un modèle,

qu'est ce qui a amené sa création et dans quel but a-t-il été élaboré.

Certains utilisent les Chakras comme outil de diagnostic, d'autres comme point de ré-énergisation, d'autres encore comme support de méditation. De même, certains y associent des couleurs, d'autres des sons, et d'autres encore des huiles essentielles ou des minéraux. On voit donc la vaste palette d'applications qui entoure ce modèle. Voici donc un tableau récapitulatif, mais non exhaustif, des notions liées aux centres énergétiques centripètes, c'est-à-dire les centres où l'énergie rentre :

N° Couleurs Notes Chakra Glandes Lieu Porte Taoïste 7 Blanc ou violet B ou G Sahasvâra Pinéale ou Epiphyse Fontenelle Kou 6 Violet ou indigo A# ou F Ajna Hypophyse ou Pitutiare Front, 3° œil Kien & Tun 5 Bleu G# ou E Vishuddha Tyroïde Gorge Kuai 4 Vert ou jaune F# ou D Anâhata Thymus Sternum ou Cœur Tazhuang & Pi 3 Jaune E ou C Manipûra Pancréas Plexus ou Epigastre Tai & Kuan 2 Orange D ou B Svâdishthâna Gonades Bas-ventre ou Génital Lin & Po 1 Rouge C ou A Mûlâhdâra Surrénales Périnée ou Sacrum Fu & Yin
<Pour le recherche, mots du tableau >N° Couleurs Notes Chakra Glandes Lieu Porte Taoïste 7 Blanc ou violet B ou G Sahasvâra Pinéale ou Epiphyse Fontenelle Kou 6 Violet ou indigo A# ou F Ajna Hypophyse ou Pitutiare Front, 3° œil Kien & Tun 5 Bleu G# ou E Vishuddha Tyroïde Gorge Kuai 4 Vert ou jaune F# ou D Anâhata Thymus Sternum ou Cœur Tazhuang & Pi 3 Jaune E ou C Manipûra Pancréas Plexus ou Epigastre Tai & Kuan 2 Orange D ou B Svâdishthâna Gonades Bas-ventre ou Génital Lin & Po 1 Rouge C ou A Mûlâhdâra Surrénales Périnée ou Sacrum Fu & Yin <FIN>

Et voici maintenant d'autres représentations visuelles, d'autres modèles:

Le modèle avec 12 centres, le plus proche de la vision des huit portes Taoïste, le modèle en 3x7 où l'on retrouve le double aérien et le double plantaire et le modèle en 10 centres qui rappelle l'arbre de vie de la Kabbale.

Comme on peut le constater, le modèle n'est pas unique, mais l'idée directrice reste la même.

Pour terminer, signalons le modèle utilisé en radionique (traitement radiesthésique à distance) qui à été mis en évidence par David Tansley notamment. On y voit apparaître un nouveau chakras, le "Spleen" ou chakra Rate. Laissons D. Tansley en parler:

  • "Le chakra de la rate, qui est le centre de force étroitement lié à la vitalité, n'est pas un chakra dorsal principal....Son rôle est d'animer le corps éthérique."

Pour Tansley comme pour ses successeurs, le chakra primordial est l'Alta-Major. Ensuite vient le coronal pour le haut du corps et le "spleen" pour les trois chakras du bas du torse. De plus Tansley met en place un lien étroit entre les chakras et les glandes, ceci à des fins thérapeutiques (voir schéma ci-dessus).

Il existe bien d'autres modèles, celui des Taoïstes par exemple, se rapproche de ceux présentés ci-dessus par la notion de portes, mais a une base différente, les 3 foyers ou DanTien :

  • Le DanTien céleste ou océan des esprits ou encore foyer supérieur: il est lié au ciel
  • Le DanTien médian ou océan du souffle ou encore foyer médian: il est lié à l'homme
  • Le DanTien terrestre ou océan des formes ou encore foyer inférieur: il est lié à la terre

La liste des modèles des centres énergétiques est donc loin d'être clause !

CHAPITRE 14

Les Couleurs

Les couleurs lumières, celles qui proviennent du soleil et que l'on voit se décomposer au travers du prisme, sont utilisées en chromothérapie afin d'aider l'homme dans sa démarche qu'elle soit de santé physique, énergétique ou spirituelle. Découvrons les aspects théoriques de la couleur.

Le modèle le plus souvent utilisé pour obtenir des couleurs lumières est la combinaison de trois couleurs dites primaires. Un certain Rouge, un certain Vert et un certain Bleu sont actuellement normalisés comme couleurs de base (système RVB ou RGB en anglais). La combinaison de ses couleurs donne d'autres couleurs suivant l'intensité de chaque base. La somme des trois couleurs de base donnant le blanc.

Le spectre visible commence à la fin de l'infrarouge et finit au début de l'ultraviolet. Chaque couleur peut être définie de plusieurs façons:

  • par sa longueur d'onde ou sa fréquence,
  • par la valeur de chacune des composantes de base RVB,
  • par sa Teinte, sa Luminosité et sa Saturation (système TSL)

La première définition est préférée en électromagnétisme, la seconde en programmation informatique et la troisième pour la confection de filtres ou de dessins.

Prenons l'aspect électromagnétique: la couleur est une vibration, elle a donc une fréquence et une longueur d'onde. Ces longueurs d'ondes sont exprimées en Angstrom (un Angstrom = un dix millième de micron).

Bien sûr, pour des raisons de reproductibilité des couleurs, notamment en imprimerie, il a fallu figer certaines références comme nous venons de le voir en RVB. Mais cela ne veut pas dire que le rouge c'est LO=7000A. Ceci n'est vrai que pour le modèle choisi, à une époque donnée et dans un but particulier. A titre d'exemple voici les bases utilisées dans les années 1930 :

Et le système TSL me direz-vous... Et bien il sera utilisé dès que l'on veut colorier, réaliser. En effet, il est beaucoup plus facile de raisonner en teintes plutôt qu'en longueurs d'ondes ou en RVB. Le système "Teinte, Luminosité, Saturation" est donc le plus adapté au dessin.

Voici, à titre indicatif, pour une saturation maximale (S=245), une luminosité moyenne (L=125) les différentes teintes (T=001...230) obtenues sur ordinateur :

Pour finir, revenons à la chromothérapie. Il existe de nombreuses façons d'utiliser la couleur:

  • En décoration, sur les murs et les meubles,
  • Sur soi par les vêtements,
  • Par projection de la couleur sur une partie du corps
  • Par induction électromagnétique de la bonne fréquence de couleur
  • Par port de lunettes de couleur

C'est la projection d'une couleur sur une partie du corps qui est la méthode la plus utilisée en chromothérapie. Cette partie du corps peut être la zone malade: brûlure, cicatrice, ..., ou le centre énergétique déséquilibré ou bien encore un point d'entrée énergétique quelconque qui permettra de diffuser l'information au corps (creux de la main gauche par exemple). Enfin, la projection de la couleur peut se faire soit par l'utilisation de lampes de couleurs, soit par l'utilisation des filtres colorés. Cette dernière méthode est la plus pratique et la plus employée.

CHAPITRE 15

Le AUM ou OM

Om ou Aum est une syllabe sanskrite que l'on retrouve dans plusieurs religions : l'hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme, le sikhisme, et le brahmanisme. On la nomme aussi pranava mantra ou mantra primordial (en prenant le mot prana au sens vibration vitale). Cette syllabe est considérée comme le son originel, primordial, à partir duquel l'Univers se serait structuré.

Mais bien d’autres traditions font référence au Verbe créateur, au son primordial. Ainsi pour les chamans, c'est « Le Son de l'univers », la vibration, le bourdon qui est toujours présent si on sait l'écouter.

Faire La vibration, le bourdonnement met donc en relation avec l'Univers et les shamans.

Aum est indépendant des religions, il s’agit plus ici de sonologie

Le « AUM » est donc l'essence même du modèle auto-structurant

puisqu'il ne possède pas en lui de limite, de structure figée.

Aum peut donc être considéré comme la vibration primitive de l'Univers qui représente la Vie. C’est comme si, après le BigBang, que l’on peut voir comme la réunification du zéro et l’infini, l’univers manisfesté entre en expansion et cela s’accompagne du son, du bourdon, du Om !

Comme le son AUM fait partie de l'inconscient collectif, le simple fait de penser AUM est suffisant pour vous brancher sur la conscience supérieure. C'est donc un outil simple et puissant qu'il ne faut pas hésiter à utiliser en toute occasion.

Nous finirons par quelques citations hindouistes. Même si le Om n’est pas lié à cette approche, les textes sont inspirants :

  • « OM est la pulsation primordiale de l’univers. C’est la forme sonore de Atma (l'Ame).» Maitri Upanishad
  • « Que OM soit l’arc, le mental la flèche, et la plus haute conscience la cible. Ceux qui souhaitent l’Illumination devraient s'interroger sur le son et le sens de OM. Lorsque la flèche est tirée de l’arc, elle va directement à la cible. » Dhyana Bindu Upanishad
  • « Ce Mantra OM représente vraiment Brahman (l’Absolu). Celui qui en connaît la signification et le révère, atteint le but suprême ; il connaît tout ». Katha Upanishad

Légende, merci à YogaEtEnergies.fr qui nous propose ici une vue "Yoga" :

1-OM est décliné en 3 phonèmes qui représentent l’union (yoga) de plusieurs types de trinité :

  • la Trimurti (Vishnu, Shiva, brahma)
  • les 3 niveaux de conscience (conscient, subconscient, supraconscient)
  • les 3 gunas ou qualités primordiales (Sattva : l’harmonie ; rajas : le mouvement ; tamas : l’inertie)
  • les 3 principaux nadis (Ida, Pingala, Sushumna)
  • passé, présent, futur
  • être, avoir, faire
  • corps, âme, esprit…

2- le point (Bindu) au dessus de la “virgule” représente le point de concentration unique sur la conscience universelle.

3- représente la Maya (le voile de l’ignorance). La Maya est l’illusion d’un monde physique que nous croyons réel et qui en réalité n’est qu’illusion.

4- la vibration du son qui fera dissoudre la Maya pour permettre d’accéder à la connaissance, à la réalité ultime,à la conscience universelle.

AUM comme ...

  • A : représente le conscient, il symbolise l’état de veille, tout ce qui est manifesté. C’est Brahma, Dieu créateur.
  • U : représente la continuité, l’équilibre, c’est Vishnu, Le Dieu conservateur
  • M : représente la fin, c’est Shiva, le Dieu qui détruit pour mieux reconstruire.

Astuce du Didjéridoo

Afin d’obtenir le bourdon, l’utilisation du Didgéridoo – l’instrument aborigène – est excellent. Même si vous n’avez ni « la technique », ni l’instrument :

Prenez un tube PVC d’écoulement d’eau diamètre 40mm et de 1m à 1,20m de long et soufflez dedans ! Il faut laisser les babines libres, comme quand on fait le cheval.

En quelques dizaines de minutes vous arriverez à obtenir le fameux bourdon.

CHAPITRE 16

Les Elixirs Floraux du Docteur Edwards Bach

Introduction

Au début du 20° siècle, le Dct Edward Bach découvrit trente-huit remèdes naturels correspondant à trente-huit états d'esprit négatifs courants chez l'homme, à la fois causes premières de la maladie et obstacles au rétablissement de la santé.

Pour diffuser ses découvertes et faire comprendre leurs modes de fonctionnement, E. Bach a écrit deux livres. Le premier dont vous trouverez des extraits ci-dessous s'intitule: "Guéris-toi toi-même". C'est dans celui-ci que l'on retrouve le fondement de l'approche globale de Bach: physique, psychologie et spirituelle. Dans son deuxième livre: "Les 12 guérisseurs et autres remèdes", Bach expose la méthode d'utilisation de ses remèdes et décrit brièvement la typologie de chacun d'eux.

On peut actuellement se procurer les deux livres réunis en un seul sous le nom de: "La Guérison par les Fleurs" aux éditions "Le Courrier du livre" ( première édition en 1933) et je vous conseille de vous le procurer. Tous les autres ouvrages diffusés ne sont pas de Bach, ce sont des synthèses ou des comptes-rendus d'expérimentations propres à chaque auteur.

Livre 1: "Guéris-toi toi-même" (courts extraits choisis)

  • "Les méthodes matérialistes actuelles ne viendront jamais à bout de la maladie pour la simple raison que la maladie, à l'origine, n'est pas matérielle. Ce que nous connaissons de la maladie est l'ultime résultat produit dans le corps, l'aboutissement de forces agissant depuis longtemps et en profondeur, et même si un traitement matériel seul est apparemment couronné de succès, ceci n'est rien de plus qu'un soulagement passager si on n'a pas éliminé la cause réelle de la maladie." (p18)
  • "La maladie est, dans son essence, le résultat d'un conflit entre l'âme et l'esprit et ne sera jamais extirpée sans un effort spirituel et mental. De tels efforts, s'ils sont faits correctement et judicieusement, comme nous le verrons plus loin, peuvent guérir et prévenir la maladie en supprimant ces facteurs de base qui en sont la cause première." (p19)
  • "En outre, la partie (du corps) même qui se trouve affectée ne l'est pas fortuitement, mais en accord avec la loi de cause et effet, et peut également nous servir de guide. Le cœur, par exemple, fontaine de vie et partant, d'amour, est attaqué spécialement quand le côté amour de l'humanité n'est pas développé ou mal appliqué." (p33)

Fabrication des Elixirs (1° dilution)

Bach n'expose que sommairement sa méthodologie de fabrication des élixirs dans ses livres. Aussi seulement certains fabricants respectent-ils les procédés initiaux. Les autres s'inspirent plus des méthodes homéopathiques. Voici un tableau qui met en évidence les principales différences:

Procédé original du Dct Bach:

  • 1° dilution obtenue par: Solarisation de la fleur de 3h pour 21 élixirs ( ébullition de 30min sinon)
  • Conservateur, diluant: Brandy à 40° (cognac bio)
  • Dilution du flacon vendu: 1/360

Autre procédé plus homéo

  • 1° dilution obtenue par: Teinture mère de la fleur (macération)
  • Conservateur, diluant: Alcool de raisin à 27°
  • Dilution du flacon vendu: 1/100000 (soit 3ch)

Ainsi, par exemple, les "Healing Herbs" sont conformes au procédé original de Bach alors que la marque "Fleur de Bach" suit plutôt un procédé homéo. Attention, cela ne veux rien dire au niveau de l'efficacité, ce serait renier l'homéopathie. En revanche le champ d'application est différent d'un point de vue énergétique.

Elaboration des Remèdes (composé en 2° dilution)

Bach préconise deux types d'utilisation pour ses élixirs: pur en première dilution (2 gouttes sous la langue du flacon de 10ml que vous avez acheté) ou composés en deuxième dilution (ce que l'on appelle souvent un "Remède de Bach"). Pour fabriquer ce composé, ce remède, vous faites bouillir un flacon de 30ml afin de le désimprégner de toute information. Ensuite vous le remplissez avec de l'eau de source et ajoutez un peu de Brandy ou de vinaigre de cidre s'il doit être conservé longtemps. Enfin vous ajouter deux gouttes des élixirs que vous avez choisis. Cinq fleurs au maximum seront retenues pour un remède. Il ne reste plus qu'à secouer la préparation afin de bien dynamiser l'information dans tout le liquide.

Choix de l'élixir ou des composés du remède

Pour Bach, le choix d'un élixir (pur) ou d'un remède (composé) se fait par analogie avec les états d'Ame type qu'il a décrit dans son deuxième livre (voir ci dessus). Actuellement si cette approche symptomatique reste la plus répandue, il existe d'autre alternative:

  • Choix par photo: on choisi l'image qui nous inspire le plus.
  • Choix par le "hasard": parmi un jeux de 38 cartes désignant les 38 fleurs, on tire en suivant son intuition, un carte ou plusieurs.
  • Choix par mesure à l'organomètre (bio-feedback de Voll) ou par mesure du "pouls chinois".
  • Choix par radiesthésie: ce reporter à la page "Ré-harmonisation par les Fleurs de Bach"…

Conservation et stockage

Dans tous les cas, pour la conservation des élixirs ou du remède, il convient d'être prudent pour le stockage:

  • La température doit rester en dessous de 37° si possible.
  • Ne pas exposer la dilution au soleil (utiliser de préférence des flacons foncés).
  • Les forts champs magnétiques 50-60Hz (transformateur, micro-ondes, plaques de cuisine) suppriment l'information. Eviter si possible tous les champs OEM 50Hz à proximité immédiate du flacon (lampe de chevet ou réveil électrique par exemple).
  • Le diluant pour le remède doit être de l'eau la plus pure possible: eau de source par exemple mais pas d'eau minérale et encore moins d'eau du robinet.
  • Si le remède doit être conservé longtemps, ajouter à l'eau Brandy ou du vinaigre de cidre (le tout de bonne qualité) comme le conseil Bach. Sinon, utiliser du cognac voire de l'alcool à 90°, 60° coupée avec de l'eau de source (pour obtenir 30-40°)

Classification selon Bach

Bach à regroupé ses élixirs sous sept grandes familles ou types :

  • Peur: pour ceux qui ont Peur
  • Incer: pour ceux qui souffre d'Incertitude
  • MIP: Manque d'Intérêt pour le Présent
  • Sol: Solitude
  • HII: Hypersensibilité aux Influences et aux Idées
  • Dec: Découragement, abattement, désespoir
  • SEA: Souci Excessif du bien-être des Autres

Vous trouverez à la page suivante le classement des 38 élixirs floraux.

Conclusion

Si Ed. Bach est l'initiateur de la "Fleur Thérapie", bien d'autres l'ont suivi et l'on trouve maintenant beaucoup d'autres élixirs floraux. L'important est de bien savoir le domaine d'emploi et de ne pas confondre "une tisane pour digérer" avec un élixir qui agit sur des plans subtiles pour vous aider à "digérer" un choc émotionnel du présent ou de la petite enfance !

Tableau des 28 élixirs floraux

Les 38 élixirs floraux : N NOM Signe Nom FR Type N NOM Signe Nom FR Type 1 Agrimony Sagittaire Aigremoine HII 1 21 Mustard Moutarde MIP 6 2 Aspen Tremble Peur 4 22 Oak Chêne Dec 7 3 Beech Hêtre SEA 4 23 Olive Olivier MIP 4 4 Centaury Vierge Centaurée HII 2 24 Pine Pin Dec 2 5 Cerato Gémeaux Plumbago Incer 1 25 Red Chestnut Marronnier rouge Peur 5 6 Cherry Plum Prunus Peur 3 26 Rock Rose Poisson Hélianthème Peur 1 7 Chestnut Bud Bourgeon de marronnier MIP 7 27 Rock Water Eau de roche SEA 5 8 Chicory Scorpion Chicorée SEA 1 28 Scleran-thus Balance Gnavelle annuelle Incer 2 9 Clematis Cancer Clématite MIP 1 29 Star of Bethlehem Dame de onze heures Dec 5 10 Crab Apple Pommier sauvage Dec 8 30 Sweet Chestnut Châtaigner Dec 4 11 Elm Orme Dec 3 31 Vervaine Lion Verveine SEA 2 12 Gentian Taureau Gentiane Incer 3 32 Vine Vigne SEA 3 13 Gorse Ajonc Incer 4 33 Walnut Noyer HII 3 14 Heather Bruyère Sol 3 34 Water Violet Verseau Hottonie des marais Sol 1 15 Holly Houx HII 4 35 White Chestnut Marronnier blanc MIP 5 16 Honey-suckle Chèvrefeuille MIP 2 36 Wild Oat Folle avoine Incer 6 17 Hornbeam Charme Incer 5 37 Wild Rose Eglantine MIP 3 18 Impatiens Bélier Impatiente Sol 2 38 Willow Saule Dec 6 19 Larch Mélèze Dec 1 39 Rescue 6+9+18 +26+29 Remède de secours Chocs 20 Mimulus Capri-corne Muscade mimule Peur 2
MOTS CLEFS CONTENUX DANS LE TABLEAU POUR RECHERCHE N NOM Signe Nom FR Type N NOM Signe Nom FR Type 1 Agrimony Sagittaire Aigremoine HII 1 21 Mustard Moutarde MIP 6 2 Aspen Tremble Peur 4 22 Oak Chêne Dec 7 3 Beech Hêtre SEA 4 23 Olive Olivier MIP 4 4 Centaury Vierge Centaurée HII 2 24 Pine Pin Dec 2 5 Cerato Gémeaux Plumbago Incer 1 25 Red Chestnut Marronnier rouge Peur 5 6 Cherry Plum Prunus Peur 3 26 Rock Rose Poisson Hélianthème Peur 1 7 Chestnut Bud Bourgeon de marronnier MIP 7 27 Rock Water Eau de roche SEA 5 8 Chicory Scorpion Chicorée SEA 1 28 Scleran-thus Balance Gnavelle annuelle Incer 2 9 Clematis Cancer Clématite MIP 1 29 Star of Bethlehem Dame de onze heures Dec 5 10 Crab Apple Pommier sauvage Dec 8 30 Sweet Chestnut Châtaigner Dec 4 11 Elm Orme Dec 3 31 Vervaine Lion Verveine SEA 2 12 Gentian Taureau Gentiane Incer 3 32 Vine Vigne SEA 3 13 Gorse Ajonc Incer 4 33 Walnut Noyer HII 3 14 Heather Bruyère Sol 3 34 Water Violet Verseau Hottonie des marais Sol 1 15 Holly Houx HII 4 35 White Chestnut Marronnier blanc MIP 5 16 Honey-suckle Chèvrefeuille MIP 2 36 Wild Oat Folle avoine Incer 6 17 Hornbeam Charme Incer 5 37 Wild Rose Eglantine MIP 3 18 Impatiens Bélier Impatiente Sol 2 38 Willow Saule Dec 6 19 Larch Mélèze Dec 1 39 Rescue 6+9+18 +26+29 Remède de secours Chocs 20 Mimulus Capri-corne Muscade mimule Peur 2

CHAPITRE 17

Conception et utilisation des planches et cadrans

Présentation

En radiesthésie mentale, pour fixer sa concentration, on utilise souvent un support visuel: les planches. Elles offrent en plus l'avantage de récapituler tous les items à parcourir. Si elles sont bien structurées, elles supportent en même temps la méthodologie, la démarche à suivre, le protocole.

Les habitués du pendule utilisent plutôt une représentation graphique en demi-cercle: le cadran, alors que les adeptes de l'antenne préfère une représentation en tableau: le rectangle.

Avantages des planches:

  • Point de concentration
  • Check liste exhaustive
  • Peut intégrer la démarche, le protocole

Les avantages du rectangle par rapport au cadran sont le nombre d'items élevés, la facilité d'élaboration (un simple traitement de texte suffit) et l'extrême flexibilité de dimensionnement et d'insertion d'images. En revanche son emploi direct au pendule demande soit une "triangulation" soit un parcours à l'aide de la main libre.


Méthodologie de conception

  1. Choisir un sujet, une question, un objectif.
  2. Brainstorming: Etablir la liste exhaustive de toutes les éventualités possibles en réponse à l'objectif. Cette étape se fera de préférence en groupe et en toute créativité, c'est-à-dire sans jugement et en rebondissant sur les idées émises.
  3. Regrouper les différents items en familles en exerçant le sens critique. Si besoin, former des sous-familles, surtout si le nombre d'items est supérieur à 10 et si vous envisagez le cadran comme support graphique.
  4. Hiérarchiser du général au particulier. Cette analyse descendante concrétise votre démarche, votre modèle.
  5. Elaborer les planches sans oublier de rajouter des items d'ouvertures ou de validations si besoin.

Exemple

  1. L'objectif: Créer des cadrans pour la jardinologie.
  2. La question: Quel problème perturbe ce végétal?
  3. Brain Storming obtenu, soit à plusieurs, soit sur plusieurs jours:
  4. Météo, Tellurique, Cosmique, Terre, Eau, Feu, Air,
  5. Froid, Chaleur, Lumière, Obscurité, Engrais, Désherbant, Pesticide, PH, Maladies,
  6. Bactéries, Virus, Champignons, Insectes, Animaux, Oiseaux, Acariens, Mollusques, Rongeurs, Humain,
  7. Les 4 éléments, Les 5 éléments chinois, Eau, Arrosage, Sécheresse, Géobio,
  8. Source, Faille, Drainage, Egout, Conduite, Roche, Nature de la terre,...
  9. Regroupons en familles et en sous-familles:
  10. Météo-Cosmique: Chaud-Feu/Froid, Eau-Arrosage, Air, Luminosité/Obscurité, Autre...
  11. Géobio-Tellurique: Source, Faille, Drainage, Egout, Conduite, Roche, Autre chose...
  12. Maladies: Bactéries, Virus, Champignon, Autres...
  13. Animaux: Humains, Oiseaux, Rongeurs, Mollusques, Insectes, Acariens, Autres...
  14. Terre: PH, Nature du sol, Engrais, Désherbants, Pesticides, Autres ...
  15. Comme le nombre d'items dépasse la trentaine, il est impératif de hiérarchiser. Nous avons déjà classé en sous-familles à l'étape précédente donc une solution simple est une planche générale pour les grandes familles (niveau 0) puis une planche par sous-familles (niveau 1). Si besoin, on établira par la suite des planches de niveau 2.
  16. Les items d'ouvertures ont déjà été rajoutés à l'étape 3. Il ne reste donc plus qu'à rajouter un item d'ouverture : "Autre chose..." et un item de non-validation: "Problème disparu!" par exemple, sur la planche principale soit 7 items principaux.

Pour élaborer les cadrans, choisissons le plus adapté parmi les cadrans standards. Un début de solution vous est proposé à la page suivante.

Ensuite pour chaque item du niveau 0, si besoin, on élabore d'autres cadrans de niveau 1. Il est possible d’aller ensuite au niveau 2 : Insectes, par exemple, pourrait donner lieu à une autre planche de niveau 2.

Quel problème perturbe ce végétal ?:

Cadran de niveau 0 :

Le plus général pour la question.

Cadrans de niveau 1:

Le détail pour le choix "Animaux".

Utilisation du cadran au pendule

Commençons par l'utilisation du cadran avec un pendule:

  1. Se centrer ici et maintenant en activant son ancrage "Rad".
  2. Formuler au mieux la question dont la réponse doit être sur le cadran.
  3. Lancer le pendule en giration dans le sens horaire au centre du demi-cercle.
  4. Attendre que le pendule balance pour lire la réponse.
  5. Si le pendule gire en sens inverse, ou de façon chaotique, c'est que les conditions "Rad" ne sont pas réunies.

Utilisation de la planche

Voyons maintenant l'emploi du rectangle à l'antenne:

Les rectangles sont plutôt prévus pour être parcouru avec une antenne de Lecher. Dans ce cas, on balaye chaque ligne d'un mouvement large, lent et souple en ce concentrant successivement sur chaque case. Il est important de bien déborder, à gauche et à droite, le changement de sens donnant parfois l'impression d'une réponse de l'antenne.

Enfin, voyons l'utilisation d'un rectangle de questionnement avec un pendule.

  • La méthode la plus simple est de parcourir le rectangle avec l'index de la main libre.
  • Une autre méthode est celle de la triangulation. C'est la même technique que pour retrouver un objet à l'aide d'une carte ou sur un site. Un premier balancé donne une direction, on déplace le pendule, puis un deuxième balancé donne une nouvelle direction: le point cherché est à l'intersection des deux "lignes".

Attention!

L'intégration d'une convention, surtout dans un domaine qui touche de près l'inconscient comme la radiesthésie, passe nécessairement par une mise en état alpha (sophronique, méditatif, auto-hypnotique, ...).

En conclusion, une planche n'a de valeur qu'en fonction de l'objectif pour lequel elle a été créée. Une suite de planches étant une formalisation d'un modèle (implicite ou explicite), les planches doivent vivres, évoluées au fur et à mesure de la pratique.

CHAPITRE 18

Le Questionnement en Radiesthésie

Le questionnement est un point clef de la radiesthésie. Voyons donc comment bien poser les questions afin d'avoir de bonnes réponses.

Les conditions initiales "Rad"

1- Tout d'abord il faut être dans un lieu propice à la radiesthésie: pas de problème géobiologique, bonne circulation de l'énergie, bref bonne ambiance. Tout cela peut se tester directement en radiesthésie. En cas de problème, aérer la pièce et allumer une bougie sont des actions correctives souvent suffisantes.

2- Une fois le lieu testé, il faut vérifier le ... radiesthésiste. Etes-vous "canal"? Etes-vous bien connecté aux énergies rentrantes cosmique et tellurique, bref êtes-vous d'attaque? Un bon moyen pour obtenir cet état rapidement est de définir un petit rituel qui vous mette en condition. Ce rituel peut se limiter à un simple ancrage si vous l'avez programmé à l'avance, sinon quelques exercices issus du Qi Qong, du Yoga, de la Sophrologie ou de la Brain-Gym rétabliront une bonne circulation de l'énergie. Comme on peut le remarquer une bonne hygiène de vie est nécessaire si l'on veut pratiquer avec efficacité la radiesthésie.

Certains radiesthésistes, afin de vérifier s'ils sont bien centrés, s'autotest alors sur des questions types. Personnellement j'utilise deux petites boites, l'une contenant du sel (avec la lettre P comme poivre en dessous) et l'autre du sucre. Je cherche le sel par exemple. Si je n'ai pas une réponse ferme (et bonne), je pratique de la Brain-Gym et recommence le test.

3- Viennent maintenant les questions préalables. Pourquoi allez vous questionner? Vos objectifs sont-ils conformes à votre éthique, à votre Dieu du dedans (ou celui du dehors)? Si c'est pour quelqu'un d'autre que vous, avez-vous sa permission, est-ce bien pour elle? Bref : Puis-je? Dois-je? Ai-je la capacité?

Le questionnement

4- Il faut maintenant établir le questionnement en lui-même. Les questions doivent être le plus explicites possible. Après formulation, chaque question peut être directement validée en radiesthésie: "Cette question est-elle correctement formulée, sans ambiguïté?". Les formulations devenant rapidement longues pour être explicites, la mise au point "d'un système de radiesthésie" apporte une solution simple et efficace. Globalement, il s'agit de définir les implicites en état alpha.

5- Eviter les mesures en absolues et préférer un questionnement en relatif. Ainsi, il est plus sûr de demander: "Le lieu de travail de M. X est-il favorable pour lui?" que de tester le taux vibratoire du lieu et d'en conclure que tout va bien parce que la valeur obtenue est 7000uB.

6- Si possible, afin de mieux se connecter, déterminer qui connaît la réponse: vous par votre corps, vous par votre mémoire, votre parent du Sud, un inconnu de l'Académie Française, la conscience supérieure,... Ceci vous évitera de grosses erreurs comme celle de confondre voyance et sourcellerie.

7- Poser les questions. Ici un bon protocole permet d'aller rapidement à l'objectif et minimise la fatigue. Attention, si l'interrogation est longue, il faut souvent vérifier l'état énergétique du lieu et de soi-même: Le lieu est-il connecté? Suis-je connecté? De plus il est important de revérifier les permissions dès que les questions deviennent délicates.

La validation finale

8- Enfin, la séance se clôture par une vérification du type: "Les réponses sont-elles correctes?" et on lit la réponse sur un cadran 0%-100%. (80% est un bon score!). On peut aussi y ajouter d'autres questions du type: "Ai-je oublié quelque chose d'important?", "Dans combien de temps faut-il reprendre ce questionnement?", ... afin de boucler la séance.

La logique floue

Nous allons maintenant aborder de façon plus technique la méthode de questionnement et découvrir l'approche "logique floue":

Les questions

Une méthode qui permet souvent de lever les ambiguïtés d'une question, c'est de visualiser le trajet que prendra "l'information réponse" pour vous parvenir. L'identification, d'un point de vue spatial et temporel, de la réponse vous aidera d'une part, à mieux définir dans quel modèle vous vous inscrivez (physique - énergétique - mental - spirituel) et d'autre part, à mieux formuler votre question, à la rendre plus claire et plus directe.

Toujours pour la formulation de la question, n'oubliez surtout pas que votre inconscient ne comprend pas la négation. Evitez donc "Est-ce que je peux ne pas manger de haricots?" et préférer "Est-ce que je peux manger des haricots?". Ce principe est d'ailleurs vrai en permanence: au tennis, ne dites pas "Je ne dois pas louper la balle" car l'ordre inconscient retenu sera "je dois louper la balle". Ne dites pas non plus "je vais essayer" dites simplement: "Je dois renvoyer la prochaine balle".

Les réponses

La réponse oui-non est, à mon sens, un choix dont il faut se détacher au plus vite. Passer en logique floue, c'est-à-dire avec des réponses comprises entre 0 et 100% apporte une bien meilleure représentation de la réalité. Cela nécessite l'utilisation d'un cadran 0-100% et donc d'être sûr de pouvoir utiliser ce type d'approche! Je préconise une programmation en état alpha pour être sûr que son corps, son réflexe kinesthésique soit adapté à l'utilisation d'un cadran, d'un graphique. Toutefois, on peut également s'éduquer au balancé du pendule de façon consciente comme nous allons le voir.

Tout d'abord il convient de confectionner un cadran 0-100% très fermé, avec un angle de 90° par exemple. Ensuite, en tenant la cordelette entre le pouce et l'index, on lance le pendule en giration et l'on demande: "Donne moi un oui" ou encore "Où est 100%?" et, sans effort, on "regarde avec émerveillement" le pendule. S'il oscille sur 100% c'est Ok, sinon on note la position atteinte. On recommence ensuite pour "Donne moi un non, un 0%". Là encore on note la position atteinte. Si tout va bien on augmente l'angle à 120°. Sinon, on réoriente le cadran afin d'équilibrer au mieux le oui et le non et si besoin on ferme un peu l'angle à 70° par exemple. A force d'entraînement, vous devriez, en quelques semaines, obtenir sans effort un angle de 150° et surtout connaître l'orientation qu'il faut donner au cadran: l'orientation du 50% par rapport à vous ou à votre avant-bras.

La suite de ce cyber-livre va vous permettre d'aller revisiter tout ce que nous venons de voir (le domaine d'emploi du biotest au pendule) avec des applications concrètes. Nous commencerons par les réharmoniosations.

news-rq-t0b