N°8 Automne 2017

Newsletter Etherapia n°8

>>> Vers le FORUM de la news: Groups.Google.com/forum/#!forum/newsletter-etherapia

1- Processus de transformation Jungien

L'approche Ethérapie étant résolument Jungienne, il peut être intéressant de revenir aux bases, à ce qu'est un processus Jungien.

Tout d'abord, pour Jung, le processus de transformation s'appuie sur 3 piliers :

  1. Prise de conscience
  2. Action
  3. Persévérance

Développons un peu chaque point :

1. Prise de conscience

Elle est impérative sinon le cheminement ne peut commencer. En revanche, elle peut prendre différentes formes :

  • Prise de conscience d'un problème récurant ou/et insurmontable,
  • Prise de conscience d'une souffrance larvée ou au contraire, nouvelle, mais insupportable.
  • Prise de conscience de l'écart grandissant entre la cible que l'on s'était donnée, le futur que l'on espérait et la réalité.
  • Alors que tout va bien "en théorie" (= "j'ai tout pour être heureux"), prise de conscience d'un manque de joie, d'un mal-être inexplicable.
  • Ou encore c'est un problème de santé que la médecine classique du corps n'arrive pas à résoudre ou du moins insuffisamment.

Et c'est à partir de là que l'on met en recherche, que l'on s'engage sur le chemin de la connaissance de soi à travers la découverte d'autres approches qui ne reposent plus sur l'extérieur comme la pharmacopée ou les soins énergétiques.

2. Action

Le passage à l'action est impératif à moyen et long terme. Si le patient reste passif, il ne s'engage pas dans sa transformation, les limites seront vite atteintes. En effet, l'homéostasie ramènera le patient dans son ancien système, juste il y aura intégré un nouvel élément : le thérapeute.

3. Persévérance

Impossible d'installer un changement sans creuser un nouveau sillon neuronal, sans répéter encore et encore donc la persévérance est vitale. Si le passage à l'action demande une énergie Yang, la persévérance demande un effort soutenu, une énergie Yin.

Le but de ces 3 piliers est tout simplement d'obtenir un processus de transformation réel et durable.

Concernant le processus appelé "chemin d'individuation", un des modèles de Jung s'appuie sur 4 étapes clefs :

  1. Déconditionnement, désidentification avec les masques, prise de conscience (auto-thérapie, coaching ou thérapie)
  2. Travail sur les ombres (avec un thérapeute quelque soit sa spécialité, sa sensibilité) : sortir de l'externalisation, désamorcer les attentes, accepter la réalité de soi et des autres.
  3. Intégration de l'animus/anima (le Tao intérieur). L'idée est d'activer un référentiel interne pour atteindre la complétude et ne pas être dans la compensation ou la recherche externe de cette complémentarité. Cette étape est spécifiquement Jungienne et intègre souvent la reconnexion du fripon divin (enfant intérieur).
  4. Connexion à quelque chose de plus grand que soi : la facette transpersonnelle. On reconnaît, on vit alors que notre réalité la plus profonde se fonde sur autre chose que nous-mêmes, sur une réalité transcendante qui nous dépasse.

Ces 4 étapes s'appuient bien sûr, sur les 3 piliers vus précédemment. Notons également qu'en Ethérapie, on travaille sur les 4 étapes, mais c'est l'étape 3 (Tao intérieur) qui est la spécificité de l'approche.

Le processus d'individuation :

  1. Dés-identification
  2. Travail sur les ombres
  3. Intégration Animus/Anima
  4. Connexion Transpersonnelle

permet à toute personne de découvrir sa vérité pour pouvoir dépasser l'être ou le moi-je (lié à l'ego) pour atteindre, du moins en partie, l’Être, Soi ou encore le "Je suis" (I am). Dépasser l'Ego n'est pas le détruire, c'est pour cela que durant les deux premières étapes, on travaille beaucoup sur l'Ego et qu'on le renforce même si nécessaire.

1- Déconditionnement, désidentification, déprogrammation

Lors de la première étape, on utilise souvent une approche "mentale" que l'on nomme la restructuration cognitive. C'est une base des TCC (thérapie cognitivo-comportementale), de la PNL (coaching en programmation neurolinguistique), de la Philothérapie, et elle est bien sûr intégrée dans l'approche Systémique dont l'Ethérapie.

La "restructuration cognitive" consiste à identifier les pensées dysfonctionnelles (négatives, limitantes, …) et à les remplacer par d’autres, plus structurantes, moins duelles, plus adaptées (donc plus efficientes et moins stressantes).

Par exemple, un événement (j'ai oublié mes clefs) déclenche une croyance (je suis nul!) qui va alors alimenter un état émotionnel (colère) ou un état mental (honte), tout cela de façon automatique sans réflexion réelle, sans remise en cause des schémas de pensées issus de l'enfance. La mise en perspective par le thérapeute ou le coach que cet enchaînement pathogène est un schéma connu sous le nom de "BVS interne", va permettre à la personne de prendre conscience de son fonctionnement et de son conditionnement. Ensuite on va bien sûr travailler sur la déprogrammation, car comprendre ne suffit pas en général.

En Ethérapie l'utilisation de la notion de modèle permet naturellement d'effectuer ce travail de déprogrammation par le recadrage naturel qu'opère l'exposé d'un modèle. De plus grâce au décodage via le biotest, on va pouvoir aider la perso nne dans son cadre, dans sa carte du monde et choisir le modèle le plus structurant et écologique pour elle.

La restructuration cognitive est une technique profonde et efficace. Ce n’est ni un discours moralisateur, ni une suggestion, ni une simple pensée positive. Pour cela une participation de la personne par des exercices en dehors des séances est nécessaire. On parle alors de thérapie participative et impliquante.

2. Travail sur les ombres

C'est un énorme travail qui commence bien sûr dès l'étape 1. Plus notre passé a été obscur - au sens de l'obscurantisme religieux ou/et familiale - plus le travail est long et difficile. Le fait d'être HSP (Hyper-Sensoriel) n'arrange pas les choses, car les traumatismes ont été vécus, ressentis en amplifiés.

La psychanalyse est historiquement l'outil moderne qui permet de travailler sur les ombres par la cure verbale. Depuis, de nombreuses autres thérapies humanistes ont vu le jour et il y a actuellement un choix très large de la dynamique émotionnelle à la kinésiologie.

Sur cette étape du chemin d'individuation, en Ethérapie c'est le biotesting qui va permettre d'être en parfaite résonance avec la problématique de la personne, et les grilles de décodages vont permettre de mettre à jour les ombres possibles à travailler même si la personne n'en a pas conscience ! Ensuite, le REA (Rêve Evéillé Accompagné) sera un excellent outil cerveau droit pour travailler nos ombres sans pour autant sur-mentaliser qui est le piège classique de la psychothérapie verbale. La médiation corporelle, par la métaphore gestuelle, donne aussi de très bons résultats par une appropriation vécue et non cognitive des solutions à mettre place (changement de façon de voir).

Mettre de la lumière dans nos ombres et accepter ainsi sa propre réalité et celles des autres prend du temps, des années. Toutefois l'ouverture d'esprit, l'aptitude à la remise en question sont des facteurs facilitants.

3. Intégration du couple androgyne

Si dans les premiers modèles de Jung, l'Animus et l'Anima étaient typés en fonction du sexe de la personne, dans ses derniers modèles, la notion de couple androgyne interne résultant d'une quête spirituelle était de mise. C'est par la confrontation avec des approches d'autres continents, Asie, Inde, Tibet notamment, que ses modèles ont évolué, avec bien sûr, une mise à l'épreuve clinique (les patients sur le terrain). Si dans la première partie de notre vie, l'Anima reste la partie féminine que l'homme cherche désespérément au dehors et l'Animus la partie masculine pour la femme, dans la deuxième partie de notre vie, sur le chemin spirituel de l'individuation, l'humain converge vers une complétude Yin-Yang, un Tao à réaliser en interne.

Les deux premiers rendez-vous types de l'Ethérapie ont justement comme objectif d'aider à la reconnexion avec nos "Anima-Animus" originels, ceux du jour de notre conception.

C.G. Jung évoque aussi souvent le fripon divin, c'est l'objet du troisième RDV type : reconnexion de l'enfant intérieur. Notons que cette reconnexion n'est possible, écologique et structurante que si les parents extérieurs, historiques, ont définitivement été remplacé par le couple androgyne interne. Sinon, le travail sur l'enfant intérieur peut même être déstructurant et pénalisant pour tout le reste de la thérapie !

Voici de façon synthétique, ce qu'apportent les 4 RDV types de l'Ethérapie sur ce chemin de l'individuation :

1 - Augmentation du potentiel d'action (Yang)

2 - Augmentation du potentiel de réception, d'intuition (Yin)

3 - Augmentation de l'énergie et du potentiel créatif (Enf. Int)

4 - Augmentation du potentiel de communication (Yin-Yang)

Le quatrième RDV permet de mettre en pratique une réelle altérité Homme-Femme ou plutôt Yang-Yin, car tous les hommes ne sont pas Yang en communication et toutes les femmes ne sont pas Yin en communication également.

4. Connexion à quelque chose de plus grand que soi.

La plupart des HSP ont connu dans leur enfance ce type de connexion transpersonnelle, de façon spontanée et non contrôlée le plus souvent. Aussi, est-il plus évident pour eux de vouloir retrouver cette connexion, mais en toute conscience cette fois-ci.

Accéder à une zone qui est au-delà du moi, de l'ego, accéder au Soi dirait Jung. Cette prise de conscience de la totalité de notre Être :

conscient + inconscient + numineux

peut être qualifiée de but spirituel de l'espèce humaine, c'est LA réalisation du Soi. Bien sûr cela passe par différentes étapes de transformation intérieures, lesquelles doivent réconcilier toutes les facettes de nous-mêmes ainsi que tous les aspects refoulés, niés ou négligés. Nous sommes alors ouverts à une réalité qui nous dépasse et nous fonde, c'est la transcendance.

La spécialité de l'Ethérapie étant la gestion des stress métaphysiques, cette quatrième étape résonne très fort avec tous les outils, méthodes et modèles de l'Ethérapie. On peut même dire que si cette quatrième étape n'est pas dans la demande explicite ou implicite (inconsciente) de la personne, elle ne vient pas voir un Ethérapeute !

Mais attention quatrième étape ne veut pas dire ultime étape, en réalité il n'y a pas d'ordre dans les étapes. Certains peuvent commencer par la 4e puis, ensuite passer à la deuxième. La seule chose qui est sûre, c'est que si la personne vient voir un Ethérapeute, la 3e étape sera forcément abordée et de façon prioritaire dans la plus grande majorité des cas.

Nous espérons avoir éclairci un peu cette notion de chemin d'individuation et restons à votre écoute.

2- La Méditation du Sourire aux Organes

C'est certainement la méditation Taoïste la plus simple et la plus performante pour notre bien-être pour nous occidentaux "qui avons la fâcheuse habitude de nous plaindre" (les français en tête ;o) Comme le note une récente étude, se plaindre rend malade ! Alors comme nous le propose le Qi-gong ancien, prenons le contre-pied dès le matin en commençant par remercier notre corps de tout ce qu'il fait pour nous, du mieux qu'il peut, plutôt que l'insulter.

Remplaçons :

  • "Ce satané foie qui ne marche plus"
  • "Mon cœur est faible, c'est héréditaire"
  • "Saleté de vésicule qui fait des siennes"
  • "Je hais ce corps bien trop handicapant"
  • ...

par un SOURIRE à notre corps, par un MERCI de nous permettre de vivre, par un je t'AIME car je sais que tu fais ton possible...

La méditation aux organes est une pratique qui va dans ce sens, que l'on peut même faire le matin au lit avant de se lever, et qui peut durer entre 3 min et 20 min suivant votre ressenti et le temps dont vous disposez.

Comme vous allez le voir le protocole est simple et peut même être transmis facilement lors d'une réunion de club, d'amis ou de famille. Basé sur les préceptes du Qi-gong ancien (bien avant JC), il n'y a pas de résultat à obtenir, le simple de faire en toute conscience, sans stress, est déjà une pratique de qualité. On reconnaît là la méditation pleine conscience de plus en plus présente dans toutes les approches thérapies, managements, ...

Nous commencerons par la retranscription telle quelle de l'article paru dans la News Rad&Santé n°33 de mars 2004 (amzn.to/2b0d4A4) puis nous reviendrons sur ce que nous avons fait évoluer depuis.

Une réharmonisation méditative

"Le sourire aux organes", cette pratique millénaire Taoïste, très simple, est d'une incroyable efficacité pour accélérer une transformation intérieure ou augmenter la qualité de notre énergie. Si au départ, il est recommandé de découvrir cette pratique dans un lieu calme et sécurisant, par la suite, sa pratique peut se faire partout, par exemple, en faisant la queue à la poste (oui, il y a dès fois la queue à la poste ;o).

Bien sûr la portée de l'exercice ne sera pas la même en fonction du contexte, de l'intention posée et de l'expérience de la personne. Ainsi, nous pourrons aller d'une détente pour le mieux être à une modification profonde du schéma énergétique et psychologique.

L'idée générale est de sourire à ses organes, c'est tout!

Essayez de suite, vous serez sûrement étonné du ressenti. Voyons maintenant la pratique de façon plus détaillée:

  1. Je souffle en me relaxant et je colle ma langue au palais (connexion VC-VG pour les "initiés" ;o)
  2. Je prends alors conscience de mon corps en scannant ses différentes parties avec l'intention de les détendre.
  3. J'utilise ensuite la respiration: j'inspire l'énergie de la Terre, j'expire mes tensions.
  4. Je me remémore alors une image agréable afin d'activer une ressource positive (image souvent liée à la nature).
  5. Je détends mon front, mes yeux, mon 3° oeil, ma langue, ma mâchoire
  6. Je parcours mes organes un à un: je pose l'intention de le relaxer, je recherche un ressenti intérieur de cet organe et je lui souris.

Voici un enchaînement possible des organes (conforme à la figure ci-dessus) :

  1. Thymus-Coeur,
  2. Rate,
  3. Poumons,
  4. Reins et
  5. Foie.

Afin de clôturer l'exercice d'une façon très Taoïste, on peut retenir sa salive pendant toute la relaxation et l'avaler seulement à la fin, en conscience.

N'hésitez pas à pratiquer "Le sourire Intérieur", un exercice très Yin, avant toute activité intériorisée (méditation, zazen, yoga, ...), vous posez ainsi une intention pleine de vie et de bonheur dès le départ.


Comme nous prescrivons régulièrement cette méditation au cabinet, nous avons légèrement fait évoluer le protocole ci-dessus. Voici les apports que nous avons fait pour le point 6 :

6- Parcourez mentalement les organes un à un:

  • Ressentez, visualisez ou imaginez l'organe au mieux, l'important étant l'intention et non la précision...
  • Aucun résultat n'est attendu, l'important c'est de faire, il n'y a pas de bonne façon, juste celle qui est disponible ici et maintenant pour vous ...
  • Si vous n'y arrivez pas, faites "comme si" vous ressentiez l'organe ou sa zone énergétique ...
  • puis ... laissez rayonner l'organe, peu importe la couleur qui vient, si aucune ne vient essayez le blanc "étoile lumineuse" ou le jaune "soleil resplendissant". Vous pouvez vous aider de la respiration pour laisser rayonner l'organe qui il est et même augmenter son rayonnement...
  • puis ... souriez à cet organe d'un large sourire intérieur mais aussi d'un sourire extérieur discret comme celui des statues de Bouddha.

Cette phase 6- peut prendre 1 minutes par organe comme 20 secondes ou 3 minutes. Le temps du sourire lui même peut varier de quelques secondes à plusieurs dizaines en fonction de votre vécu, de votre ressenti. Pas de règle, juste ce qui me convient le mieux ici et maintenant, demain pourra être pareil ou complètement différent, cela n'a aucune importance.

Par rapport aux 5 organes de bases, nous ajoutons en général une sixième zone qui correspond à celle qui nous fait souffrir en ce moment. Ce peut être une molaire, une articulation, un autre organe, notre cerveau...

Beaucoup de patients ou de stagiaires nous évoquent les émotions négatives proposées par la MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise). Si cette information est aidante et structurante (comme ici), on peut l'intégrer à notre réflexion, mais attention à ce qu'elle ne soit pas enfermante. Par exemple, la MTC propose une couleur par organe, ici, volontairement, on laisse venir la couleur de l'instant sans aucun préjugé. Ce peut être un rose, un marron, un gris voire un noir ou un arc-en-ciel !

Donc oui, le fait d'avoir du mal à ressentir ses reins ou à les faire rayonner peut être en lien avec une peur active, mais ce n'est pas le plus important dans ce type de pratique qui est avant tout "cerveau-droit" et non "cerveau-gauche", aussi attention au piège de la mentalisation. Si l'on ne peut s'empêcher de "cognitiver", alors prenez plutôt les émotions positives, et dites-vous que vous avez augmenté votre sérénité, votre impulsion vitale en demandant à vos reins de rayonner qui ils sont.

3- Pourquoi trois fois ?

Quand nous faisons ou prescrivons un exercice de médiation corporelle ou quand par exemple nous suivons un cours de QI GONG vous avez peut être remarqué que la consigne donnée est un minimum de trois fois de suite pour la pratique de cet exercice ou un multiple de trois. Il nous a paru intéressant d'approfondir et de retrouver à quoi correspond ce "trois" rencontré si souvent car vous vous doutez bien que ce n'est pas par hasard.

Effectivement le nombre trois a une symbolique très forte car il est, pour les anciens, associé à l'accomplissement intégral. Dans ce modèle, tout procède nécessairement par trois, c'est-à-dire qu'en tout acte, un par lui-même, se distinguent :

1- le principe agissant, cause ou sujet de l'action,

2- l'action de ce sujet, son verbe,

3- le résultat de cette action, son effet ou son objet.

La création implique un créateur, un acte de créer et la créature. Ces trois éléments sont inséparables et se nécessitent réciproquement. Cela nous renvoie aussi à la cohérence pensée, parole, action.

Dernier point, quand on fait référence à l'illumination mystique, on parle également de trois phases : purgative, illuminative et unitive.

En Qi-gong, on fera le mouvement trois fois :

  1. Une première fois pour échauffer son corps, remettre en mémoire, nettoyer. On travaille au niveau du corps.
  2. Une deuxième fois ce sera pour renforcer, faire le mouvement en conscience. On travaille au niveau de l'esprit.
  3. Enfin une troisième fois, j'harmonise mes énergies, je me mets en harmonie avec l'Univers, nous sommes au niveau de l'âme.

Chez les Celtes nous retrouvons ces trois notions à travers la Trinité Divine qui comprenait :

  • Teutates la Force
  • Esus la Lumière
  • Owyon l'Esprit

Enfin si nous faisons référence au Tao Te King, aphorisme 42, nous aurons un nouvel éclairage :

"LE TAO produit un

un produit deux

Deux produit trois"

Trois est aussi l'achèvement de la manifestation : l'homme fils du ciel et de la terre complète la grande triade.

Lao-Tseu "parle" de trois principes :

  1. Celui que l'esprit aperçoit mais que l’œil ne peut voir se nomme Y (l'unité absolue)
  2. Celui que le cœur entend mais que l'oreille ne peut ouïr est Heï (l'existence universelle)
  3. Celui que l'âme sent mais que la main ne peut toucher s'appelle Houeï (l'existence individuelle)

Enfin ce nombre trois équivaut par exemple à la rivalité surmontée, il exprime cet espace de non dualité que nous recherchons.

Voilà, un petit tour d'horizon de ce qui peut se cacher derrière "faire 3 fois" ou "faire 3 séries", bonnes pratiques.

4- Groupe & complexité

Bien sûr ici, si vous ne travaillez jamais en groupe ou avec des groupes vous n'êtes pas concerné par cet article. Toutefois tous les thérapeutes et coachs qui travaillent en 1-1 (one to one, en individuel) seront peut-être intéressés de découvrir pourquoi la Vie les a amenés à ce type pratique plutôt que celle du groupe.

La Loi du nombre

Comme souvent dans la newsletter nous prendrons comme cas typique celui d'une personne HSP ( Highly-Sensitive Person ou Personne Hyper-Sensorielle), ici un coach, un animateur ou un enseignant. Cette personne "veut" se connecter aux membres du groupe pour établir une interaction forte, soit pour être plus à l'écoute, soit pour mieux piloter le groupe. De toute façon un enseignant HSP, même si c'est à l'insu de son plein gré, de sa propension à l'hyper-empathie ou aux connexions intuitives, se connectera automatiquement aux autres pour "sentir" le groupe ou sa réaction. L'enseignant veut donc piloter un système :

Un système est un ensemble d’éléments en interaction dynamique.

Combien y a-t'il d'interactions à gérer, et quelle est la limite humaine de gestion de ces interactions ? C'est une question intéressante, car la réponse peut être fournie par l'étude combinatoire (maths) et contredit grandement les croyances habituelles.

Soit un groupe de 4 éléments (4 personnes) combien y a-t-il d'interactions ?

A peut être en interaction avec B, C, et D soit en émission, soit en réception soit 6 interactions.

Ensuite pour B idem, mais certaines interactions ont déjà été vues. Enfin pour C il ne reste que l'interaction D-C qui n'a pas déjà été comptabilisée.

En maths c'est le nombre d'arrangements qui nous donne la réponse qui est donc 12. Il y a 12 interactions à capter, à intuitionner, à superviser dans un groupe de 4 personnes seulement ! Pour vous en convaincre repenser à un dîner entre amis, même si vous étiez 10 amis très proches, n'y a-t-il pas eu rapidement des groupes de discussion de 4... voire de 3 et même de 2 ! C'est normal, 12 interactions, "ça prend déjà la tête", un HSP peut rapidement "exploser" !

Que se passe-t-il quand le groupe augmente ? Spontanément si on demande à une personne qui gère un groupe de 4 personnes de combien sa difficulté de gestion va-t-elle augmenter si son groupe passe à 8, elle dit souvent 50%, certaines fois elle va oser dire "ça double". Or la réalité est que ça quadruple comme l'outil mathématique "Arrangements" nous le montre :

  • 4 personnes : A42 = 12 interactions
  • 8 personnes : A82 = 56 interactions
  • 16 personnes : A122 = 240 interactions

Et oui, à chaque fois que l'on double le nombre de personnes, on quadruple le nombre d'interactions et donc la difficulté de gestion du groupe ! Il faut donc trouver des astuces, des méthodes de gestion du groupe et surtout faire le deuil de "je suis à l'écoute de chaque individualité du groupe". La gestion d'un "groupe classe de 32 élèves" est un mythe, certes moderne, mais bien totalement irréaliste, et c'est "mathématiquement prouvé" !

L'astuce, quand on anime un groupe de plus de 5 personnes, c'est de lui donner une direction, on va piloter le navire vers un objectif défini par l'animateur (Yang) et non attendre une sorte d'émergence spontanée du groupe (Yin). Ainsi, si l'animateur est A sur notre schéma, cela lui donne encore 6 interactions à gérer dont 3 qu'il va regrouper en une seule : un seul message identique qui s'adresse en même temps à 1, 2 et 3. Quant aux interactions 7 à 12, il devra "recadrer" en faisant soit partager le discours, soit taire la discussion.

Attention pour un HSP très empathique, c'est bien 12 interactions quantiques qui restent potentielles. Il faut donc, pour l'animateur HSP, une très bonne hygiène de vie, un bel ancrage et un réel recul pour ne pas tomber rapidement dans le piège de se connecter à tout le monde (surtout avec l'arrivée de la fatigue et du stress). L'idéal reste une pose respiration toutes les une ou deux heures. 10 respirations circulaires cohérentes pratiquées par tout le groupe sous la conduite de l'animateur, est une excellente solution, car elle redonne aussi de la cohérence au groupe.

En prenant en compte une légère "interaction dynamique" entre les membres du groupe, on estime à 8 la taille maximum du système pilotable.

Les autres astuces possibles pour faire chuter la complexité de gestion du groupe si celui doit être interactif, est de nommer un script qui fera le compte rendu de séance et un distributeur de parole. Ainsi ces 2 personnes ne feront pas ou peu monter le nombre d'interactions. Bien sûr une pause médiation corporelle (qi-gong, yoga, respiration, brain-gym, méditation....) toutes les deux heures reste toutefois nécessaire.

Après avoir vu les inconvénients du groupe, terminons par les avantages du groupe... quand on sait le gérer. Quand on a appris à gérer un groupe et/ou qu'on en a la compétence naturelle (le don), le groupe permet de créer une dynamique intéressante et unique. En effet, suivant le principe systémique, un groupe est autre chose que la somme des parties qui le composent (2+2=5). La dynamique de groupe est au minimum connu et reconnu pour tous les groupes de soutien (alcooliques, femmes battues, anciens soldats, perte de poids, ...), à l'occasion d'un prochain article nous visiterons tous ces aspects du groupe y compris quantiques.

5- Maïeutique : les 5 Pourquoi

La maïeutique est l'art de faire accoucher les personnes de leur vrai problème et de leurs solutions inconscientes (Socrate, IVe siècle av. J.-C.). Comme il s'agit d'un art, le côté méthodologique n'est pas prépondérant, mais quand on veut s'y mettre, il est intéressant de connaître une ou des méthodologies aidantes.

Voyons d'abord ce que Socrate en disait directement ou indirectement via Platon ("Le Théétète") :

Objectif :

Aider l'autre à acquérir une conscience claire des connaissances qui se forment dans son esprit en le questionnant, en dialoguant : "en devenant amis et interlocuteurs les uns des autres". Ainsi, par le biais de questionnements, l’esprit du questionné parvient à trouver en lui-même les vérités.

Principes pédagogiques :

  1. Ne pas énoncer soi-même les vérités (pour permettre aux autres de les découvrir).
  2. Encourager, faire confiance
  3. Guider
  4. Prendre le temps qu'il faut

Ces principes sont obtenus par analogie avec le rôle de la sage-femme lors d'un accouchement. Le premier provient du fait que ce n'est pas la sage-femme qui est enceinte, et les trois autres du fait qu'il s'agit d'un processus qui dépend de chacun et du contexte.

On note tout de suite que l'attitude générale est l'opposé du "prof qui sait tout", l'ego est donc soumis à de grandes frustrations dans cette approche, ce qui exclut bon nombre de profils. De plus le temps pour atteindre l'objectif n'est pas un critère, il faut donc être patient et avoir cultivé son Yin.

Le premier outil méthodologique que l'on peut utiliser vient de Socrate lui-même et est à utiliser dès que la personne ne parle pas d'elle, n'est pas dans un message "je". Il s'agit des 3 filtres :

  • A-t-elle vérifié si ce qu'elle dit est vrai ?
  • Est-ce que ce qu'elle relate est quelque chose de bon, de bien, de structurant ?
  • Est-ce utile pour faire avancer la thérapie ?

Sinon, comme dirait Socrate, "si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, à quoi bon m’en parler ?"

Maintenant que l'on est sûr que la personne parle d'elle, de son vécu, on peut utiliser les "5 pourquoi", méthode formalisée dans le monde de l'entreprise dans le cadre de la démarche qualité.

Les 5P (ou les 5W pour Why) permettent l’identification des causes racines d’un problème. La méthodologie est simple, elle consiste à poser plusieurs fois la question "Pourquoi ?" afin de retirer une à une les couches de symptômes qui mène à la causalité. Voici l'exemple classique que l'on trouve dans tous les livres sur les outils de la Qualité Totale :

  • Pourquoi l’opérateur a glissé ?
    • > Parce qu’il y avait de l’huile par terre.
  • Pourquoi y avait-il de l’huile par terre ?
    • > Parce que la machine fuyait.
  • Pourquoi la machine fuyait ?
    • > Parce que la maintenance n’a pas été faite.
  • Pourquoi est-ce que la maintenance n’a pas été faite ?
    • > Parce que le technicien en charge est malade.
  • Pourquoi est-ce qu’une autre personne n’a pas remplacé le technicien absent pour maladie ?
    • > Parce que la procédure de maintenance est perdue et lui seul sait la faire.

On voit bien à travers cet exemple industriel, comme le processus maïeutique est accompagné par cette suite de "Pourquoi ?". En revanche, si en entreprise on peut poser brutalement 5 fois de suite "pourquoi ?", avec un patient, plus d’humanisme est nécessaire:

  • Mais pourquoi êtes-vous allé au Pérou ?
    • > Pour une initiation Ayahuasca.
  • Ok, mais dans quel but ?
    • > Pour vivre l'éveil
  • Je vois, mais pourquoi vouloir vivre l'Éveil ?
    • > Pour enfin être libre !
  • Et qu'est-ce qui vous fait dire ça ? ( ou pourquoi pensez-vous être libre suite à une prise d'Ayahuasca?)
    • > Je l'ai lu dans Castanéda

Viennent alors les 3 filtres vus précédemment. Il n'y a pas forcément 5 pourquoi, et nous venons de voir que l'on peut utiliser un vocabulaire équivalent, moins répétitif, plus humain.

Dans la vie de tous les jours, une formule simple pour rester dans l'esprit de pourquoi est :

"Quel est ton objectif quand tu dis/fais ça ?"

Avec le biotest dès le deuxième pourquoi : "pour quoi ce pourquoi ?" que l'on verbalise souvent par : "Dans quel but ?", on va pouvoir calibrer en pourcentage l'adéquation de la réponse avec la causalité. Un 0% nous indiquant que le but inconscient est totalement différent. Dans ce cas là, on peut utiliser le troisième outil, le "Et si" et relancer de façon différente :

"Et si c'était pour une raison totalement différente,

ce serait quoi ?..."

L'outil maïeutique, le "Et si c'était..." permet d'ouvrir vers d'autres voies sans contredire ou/et stresser la personne que l'on accompagne.

Évidemment l’idéal c'est que la personne se connecte à son cerveau droit afin de provoquer un insight. Pour cela, ramener la personne à zéro-stress par une dizaine de respirations circulaires ou une courte méditation est une bonne solution quand elle est possible (c'est-à-dire toujours en cabinet).

Bonnes expérimentations de ces 3 outils : les filtres, les pourquoi et le "Et si...".

6- Léonard De Vinci

Êtes-vous comme Léonard de Vinci, Polymathe ?

  • La polymathie est la connaissance approfondie d'un grand nombre de sujets différents, en particulier dans le domaine des arts et des sciences. Le substantif associé est polymathe parfois également nommé "personne d'esprit universel".

Si Merlin est reconnu comme étant du courant de pensée Celtique, il est plus rare de citer Léonard de Vinci. Pourtant il est plus proche de notre pensée "scientifique" actuelle et bien à 100% Celtique dans l'approche et l'énergie. Aussi, allons-nous prendre un peu de temps pour découvrir sa méthode. Pour cela nous allons tout d'abord faire des rappels sur ce personnage célèbre même chez les scientifiques en 2017 !

Sur les 50 000 documents produits par Leonardo, il nous reste 13 000 pages d'écriture et de dessins qui associent art et philosophie, sciences, ingénierie, technologie, anatomie… Ces notes ont été réalisées et mises à jour quotidiennement pendant toute sa vie et ses nombreux voyages. Atypique qu'il était, la plupart sont rédigées en "écriture en miroir", une vraie logique pour un gaucher (ci-dessous l'original de Léonard, en dessous le miroir, ensuite le texte et enfin la traduction).

Pour Léonard de Vinci "La sagesse est la fille de l'expérience", elle permet de vérifier constamment ses intuitions et théories, car comme il le dit : "L'expérience ne se trompe jamais ; ce sont vos jugements qui se trompent en se promettant des effets qui ne sont pas causés par vos expérimentations".

En toute cohérence, Léonard de Vinci ne se contente pas de préconiser l'expérience, il reconnaît en elle une méthode générale, qui est la base de l'approche scientifique telle qu'on la retrouve en modélisation systémique :

Par rapport à ce modèle général ci-dessus, Leonardo ne commence par forcément par le premier bloc "Modèle théorique" : avant de raisonner, il observe. Pour lui observer, c'est se mettre en présence des faits (deuxième bloc) avec une grande ouverture d'esprit et beaucoup d'attention. Ensuite, il analyse (troisième bloc) les circonstances multiples et boucle (feed-back sur le schéma) alors sur une nouvelle expérimentation ou la mise en place d'une théorie plus juste.

Dans ce contexte, une expérience est une observation provoquée nécessaire pour démêler la trame complexe des phénomènes de la Vie. Aussi, même si vous n'êtes pas polymathe comme Leonardo, soyez scientifique à sa manière et... expérimentez !

7- Maître DK

C'est Alice Ann Bailey (A.A.B), née en 1880 en Angleterre, qui, à partir de 1919, retranscrit par canalisation les enseignements de Maître D.K.

Le Tibétain comme on le nomme aussi, a lui-même défini l'objectif de ses écrits :

  • "Les ouvrages dont je suis l’auteur sont publiés sans aucune prétention à les voir acceptés. Ils sont peut-être justes, véridiques et utiles. À vous d’en vérifier l’exactitude par leur application pratique et l’exercice de votre intuition. Ni moi, ni A.A.B. ne nous soucions de les voir acclamés comme écrits inspirés. "

On est donc dans une tradition non duelle, même si rapidement, de nombreuses personnes se sont emparées de ces écrits pour en faire des vérités, c'était il y a un siècle, ne l'oublions pas.

Le Maître Djwal Khul est considéré par beaucoup de mouvements spirituels comme une énergie très importante sur Terre, un "Maître Ascensionné" comme on dit dans un modèle très partagé en occident. Ce qui est important dans une énergie, ce sont ses attributs et on lui reconnaît d'être le plus ardent des chercheurs, la faculté de savoir travailler avec les autres "Maîtres", et d'être particulièrement efficace pour le travail de guérison (via les Anges par exemple ou directement par canalisation avec les thérapeutes).

À la lecture de ces attributs, on comprend en quoi, cette énergie spirituelle peut être importante en Ethérapie et ce fut le cas dès le départ, puisque c'est à l'âge de 12 ans que j'ai connecté cette énergie spontanément, à l'occasion de la lecture du livre de AAB "Le Lumière de l’âme : les Yoga-sutras de Patanjali", livre dont le texte des sutras est de Maître D.K. et les commentaires d'Alice Bailey.

Si les différents courants présents dans la seconde moitié du XXe siècle proposent beaucoup d'interprétations différentes relatives à l'enseignement de Maître D.K., en revanche, de façon unanime, ils valident le fait que le travail du Tibétain fut de répandre un enseignement nouveau pour introduire et préparer le Nouvel Age du Verseau. Le traité des 7 rayons étant un point pédagogique reconnu et partagé de tous les courants.

On peut d'ailleurs s'étonner du peu de succès actuel du modèle des 7 rayons qui se voulait une structure pédagogique pour enseigner l'approche spirituelle comme le sont les typologies en psychologies humanistes. Rappelons seulement ce qui a été dit en introduction et dont voici la suite :

  • "Si l'enseignement évoque un écho dans l’esprit éclairé de celui qui œuvre sur terre et suscite en lui un éclair d’intuition, alors qu’il soit accepté. Mais pas autrement. Si ces affirmations se trouvent finalement corroborées, ou sont estimées véridiques d’après la Loi des Correspondances, alors tout est bien. Sinon, que l’étudiant rejette mes enseignements."

Donc l'énergie de Maître D.K. fut et est toujours une énergie ressource importante pour cette transition vers l'ère du Verseau, vers le Nouveau Monde. Rappelons ses attributs : recherche, travail de groupe, guérison spirituelle et voyons son principal message :

  • "J'annonce l'existence d'un nouveau groupe de serviteurs du monde. Il est constitué de personnes travaillant efficacement (consciemment ou non) sur le pont entre l'humanité et les énergies transpersonnelles (ndlr : anciennement hiérarchie spirituelle de la planète)."

On le sait maintenant ses serviteurs (au sens de Seva : bénévolat, dévouement) ce sont les personnes sensibles et réceptives à ces informations : les médiums, les HSP, les radiesthésistes, toutes personnes conscientes et ne voulant pas fuir l'incarnation, mais au contraire y participer à son niveau :

  • "Enseigner et répandre la connaissance de la sagesse immémoriale partout où on peut éveiller un écho"

comme le dit lui-même D.K. dans un de ses messages.

Réputé comme étant un messager du deuxième rayon ou "Rayon de L'Amour-Sagesse", cette mission ne va donc pas passer "en force", mais en douceur (Yin), par le cœur. Une pratique très simple sera donc la respiration cohérente par le cœur ou tout simplement sourire à son cœur. Plutôt réfléchir avec son cœur qu'avec son mental, plutôt trouver sa place dans son espace intérieur que de conquérir un espace extérieur. Un véritable challenge pour ré-activer toutes les facettes du Yin mises en sourdine ces derniers millénaires. Quand on dit Yin on pense tout de suite aux femmes qui sont "l'avenir de l'homme", mais bien sûr, il y a aussi toute la facette Yin des hommes.

Il s'agit donc d'une action qui s'éloigne des écoles philosophico-ésotériques "Yang" de la fin du deuxième millénaire, et qui, en toute simplicité, organise des groupes d'apprenants qui restent cohérents avec les valeurs humaines. Ces nouvelles écoles qui n'en sont pas, mais qui sont plutôt des mouvements, recherchent à rendre l'humain autonome, responsable, sans remettre son pouvoir à aucune entité incarnée ou non incarnée.

Si vous voulez utiliser - connecter - cette ressource transpersonnelle qu'est "Maître D.K." pour vous inspirer et vous aider dans la coordination de la mise en place de groupes de travail du "nouvel âge post 2012" (le new New-age comme on le nomme des fois) c'est facile, il suffit d'utiliser le focus suivant, une abeille sur une marguerite :

Évitez de prendre comme focus les représentations anthropomorphiques, certes nécessaires à une époque "Poisson" tout comme le surnom "Le Tibétain", ceci est devenu totalement inutile en ce début de "Verseau".

8- Huit shamanique 2017

En Ethérapie, avant 2012, pour couper les liens pathogènes ou devenus déstructurants, nous utilisions un rituel shamanique que l'on nomme "La Triangulaire". Depuis nous avons évolué vers le "Huit shamanique". La méthode ancestrale du "huit" a été formalisée par écrit la première fois en 1990 par Madame Phyllis Krystal qui nous a quitté l'année dernière à l'age de 102 ans !. L'objectif de ce processus est donc de passer de l'état fusionné, à l'état dé-fusionné, mais toujours en lien. L'état fusionné est notre état naturel quand on arrive à l'âge adulte avec toutes les croyances et comportements issus de notre famille, de l'école, de la société, de notre clan.

Plus on dé-fusionne, plus on peut être soi-même, rayonner qui on est. Comme dit précédemment, la fusion n'est pas seulement émotionnelle, elle peut être aussi mentale (croyances) et physique (comportementale). Au lieu de fusionné, on peut dire "identifier à..." une croyance, un comportement, une problématique....

NB : Si vous ne connaissez pas l'outil "Huit", nous vous conseillons la lecture d'une adaptation en français du livre "Cutting the ties that bind" de P. Krystal (2008).

La défusion, la désidentification est une étape pour arriver à l'individuation, et c'est sur cet état final que se base l'outil. Vous vous visualisez individué, les deux espaces personnel/clan ne se superposent pas, ils se touchent en un point de connexion, qui permet de toujours puiser dans cette ressource historique. C'est donc bien un huit, deux cercles qui se touchent, qui se connectent et non une lemniscate, le signe de l'infini, qui lui porte l'idée... de fusion !

Comme le montre la dernière étape ci-dessus, une fois le clan remis à sa juste place, il devient possible de s'enrichir des autres clans, c'est que l'on nomme l'altérité. Quand on sait être soi-même sans se fondre ou se confondre avec les autres, les autres peuvent devenir des sources de richesse avec lesquelles on se connecte sans jamais s'identifier, en gardant sa liberté, son libre arbitre.

Le processus de déprogrammation doit être répété de très nombreuses fois, 3 fois par jour pendant 10 jours par exemple. Ainsi 30 fois on va demander à nos cellules, via une méthode cerveau droit, de normaliser et d'harmoniser cette relation. Il s'agit d'un travail en profondeur.

Pour un travail plus superficiel, mais plus rapide, nous conseillons maintenant "Les petits bonshommes allumettes" de Jacques Martel. Ce procédé remplace, en mieux, la triangulaire. Comme le procédé est rapide et simple, on peut facilement, en auto-thérapie, se faire une série de déprogrammation comme le montre J. Martel dans cette vidéo : youtu.be/hLysFxVm0fg .

9- Vers le Nouveau Monde

Pour beaucoup d'entre nous, nos références sont de l'Ancien Monde, notamment notre cursus de formation date souvent d'avant l'an 2000. Créer le Nouveau Monde et donc un challenge puisque, naturellement, les références de l'Ancien Monde remontent à l'insu de notre plein gré. Le phénomène d’homéostasie, très connu en approche systémique, nous rappelle que le système - nous en l'occurrence - va revenir à son ancien point de stabilité tout naturellement avec le temps ! Dans ces conditions, on comprend mieux le challenge, il ne suffit pas un jour d'accepter que les schémas complexes du passé sont devenus inutiles et qu'il existe certainement un chemin plus simple et plus cohérent dans les nouvelles énergies. Non, il faut ré-activer chaque jour ce mode de pensée afin qu'il devienne notre nouvelle référence, un nouveau pattern neuronal. Cela demande un effort, une volonté, une intention soutenue, une foi peut importe le mot que vous utilisez, mais, et c'est le deuxième challenge, il faut le faire en restant no-stress ! En effet, les neurosciences nous le redisent régulièrement depuis 2014, le changement n'est pas possible s'il y a stress, inutile donc de vouloir forcer avec le mental, il est préférable de méditer !

Cultiver notre Yin afin de mieux percevoir ce qui nous traverse et se laisser traverser par les nouvelles énergies qui traversent la Terre en permanence est certainement la méthode la plus sûr pour contribuer à ce Nouveau Monde. C'est le "non-agir" taoïste comme il a été maladroitement traduit. Il faut bien sûr "agir", au sens action Yang, faire, construire le futur, mais en étant en cohérence avec l'instant présent, à l'écoute des énergies, dans l’accueil de ce "nouveau" en création. Le Yin précède donc le Yang dans l'instant, pas dans l'anticipation classique du mental cognitif anxieux de "qu'est-ce qu'il faut faire ?".

Une bonne métaphore de ce côté Yin est l'eau, et plus particulièrement l'eau dans sa forme "rivière qui descend de la montagne vers l'océan". Le chemin se forme au fur et à mesure en fonction du contexte. Aucune précipitation à "vouloir" atteindre l'océan, juste être (Yin) en faisant (Yang). Symboliquement dans les énergies Celtiques c'est mettre en place la porte manquante de Stonehenge :

Si la simplicité et la cohérence sont les maîtres mots pour créer ce Nouveau Monde, seule l'expérimentation, l'expérience incarnée va nous permettre de valider ou non les nouveaux modèles que nous allons créer, les nouveaux schémas de pensée que nous allons élaborer. La notion de réussite sans essais-erreurs est un énorme piège, plus que jamais le modèle de la ligne droite comme "plus court chemin" doit être mis au rang des mythes du passé. Les attentes aussi doivent être travaillées, minimisées, recadrées : pas d'attente de résultat, ça prendra le temps que ça prendra.

Pour nous aider à co-construire ce Nouveau Monde, près de Stonehenge, deux nouveaux focus quantiques sont apparus les 4 et 5 août derniers :

Celui de gauche aide à l'acceptation de la Vie sous toutes ses formes (pour arrêter de râler ;o) et son mantra associé est :

"Je dis OUI à la nouvelle Vie'" (avec le sourire)

Celui de droite est pour le passage au plan spirituel, mais pas le spirituel de l'Ancien Monde, aussi le mantra associé est :

"Je passe dans le nouveau Transpersonnel"

Lâcher les anciens repères pour, non pas des nouveaux, mais pour "rien", pour des repères à mettre en place par une méthode d’expérimentation comme celle de Léonard de Vinci n'est pas chose aisée. La peur de l'inconnu, les rails des chemins de pensée de l'ancien, la croyance en un résultat à obtenir, tout cela nuit au lâcher-prise nécessaire. C'est donc un véritable challenge qui, si l'on en croit les conjonctures Astro, durera jusqu'en 2150.

Pour le New Age comme pour beaucoup de choses, "on ne nous dit pas tout", alors découvrons-le avec peu d'attente, beaucoup d'ouverture et ... le sourire.

10- L'arc, la flèche et la cible

Cet article est le chapitre 35 du livre "Guerrier De Lumière - Volume 1" de Paulo Coelho. Cette publication de 2008 proposée gratuitement par feedbooks.com est une compilation issue du Net. Des chapitres de qualité variable à parcourir au hasard ou au biotest : 3 volumes disponibles en ePub, Kindle et Pdf !

L'arc, la flèche et la cible

Nous sommes tous des archers de la volonté divine. Par conséquent, il est indispensable de bien connaître les instruments dont nous disposons.

L'arc

L'arc, c'est la vie : de lui vient toute l'énergie. La flèche partira un jour. La cible est loin. Mais votre vie demeurera toujours avec vous, et il faut savoir en prendre soin. Des périodes d'inaction vous sont nécessaires – un arc toujours bandé, en état de tension, perd sa puissance. Aussi, acceptez de vous reposer pour retrouver votre fermeté : lorsque vous tendrez la corde, votre force sera intacte. L'arc n'a pas de conscience : il est un prolongement de la main et du désir de l'archer. Il sert à tuer ou à méditer. Donc soyez toujours clair dans vos intentions. Un arc a une certaine flexibilité, mais il a aussi une limite. Un effort au-delà de sa capacité le briserait, ou laisserait épuisée la main qui le tient. De même, n'exigez pas de votre corps plus qu'il ne peut vous donner. Et comprenez qu'un jour la vieillesse viendra – et que c'est une bénédiction, non une malédiction. Pour maintenir avec élégance l'arc ouvert, faites en sorte que chaque partie ne donne que le nécessaire, et ne dispersez pas vos énergies. Ainsi, vous pourrez tirer de nombreuses flèches sans vous fatiguer.

La flèche

La flèche, c'est votre intention. C'est ce qui unit la force de l'arc au centre de la cible. L'intention de l'être humain doit être transparente, droite, équilibrée. Une fois qu'elle est partie, elle ne reviendra pas, mieux vaut alors interrompre un processus – parce que les mouvements qui vous ont conduit jusqu'à lui n'étaient pas précis et corrects – que d'agir n'importe comment, pour la seule raison que l'arc était déjà bandé et que la cible attendait. Mais ne manquez jamais de manifester votre intention si seule vous paralyse la crainte de vous tromper. Si vos mouvements sont corrects, ouvrez votre main et libérez la corde, faites les pas nécessaires et affrontez les défis qui se présentent à vous. Même si vous n'atteignez pas la cible, vous saurez corriger votre tir la prochaine fois. Si vous ne prenez aucun risque, vous ne connaîtrez jamais les transformations qui étaient nécessaires.

La cible

La cible, c'est l'objectif à atteindre. C'est vous qui l'avez choisie. En cela réside la beauté du chemin : vous ne pourrez jamais vous excuser en disant que l'adversaire était plus fort, parce que c'est vous qui avez choisi votre cible, et vous en êtes responsable. Si vous considérez la cible comme un ennemi, vous aurez beau tirer dans le mille, mais vous ne parviendrez pas à améliorer quoi que ce soit en vous-même. Vous passerez votre vie à essayer de placer une flèche au centre d'un objet en papier ou en bois, ce qui est totalement vain. En présence d'autres personnes, vous ne cesserez de vous plaindre de ne rien faire d'intéressant. C'est pourquoi vous devez choisir votre objectif, donner le meilleur de vous-même pour l'atteindre, en le regardant avec respect et dignité : il vous faut savoir ce qu'il signifie, ce qu'il vous a coûté d'efforts, d'entraînement, d'intuition. Lorsque vous regardez la cible, ne vous concentrez pas uniquement sur elle, mais sur tout ce qui se passe autour : car la flèche, quand elle sera décochée, sera confrontée à des facteurs que vous ne dominez pas, comme le vent, le poids, la distance. L'objectif n'existe que dans la mesure où un homme peut rêver de l'atteindre. Ce qui justifie son existence, c'est le désir – sinon, il serait un objet mort, un rêve lointain, une chimère. De même que l'intention cherche son objectif, de même l'objectif cherche l'intention de l'homme, car c'est elle qui donne sens à son existence : alors elle n'est plus seulement une idée, mais le centre du monde pour l'archer.

Voilà, la métaphore de l'archer Zen est très utilisée en Ethérapie, (Qi-gong du Tir à l'arc et Jardin du futur). Paulo Coelho nous a donné ici son interprétation.

11- Cyber-Press

  • Yoga et méditation triplent les facteurs de croissance du cerveau. Comme l'indique la conclusion de l'étude, les pratiques intensives (par exemple : 1h/j pd 100j ) de l'esprit et du corps comme la méditation et le yoga ont un impact important sur les marqueurs biologiques de la forme physique et mentale, de la résilience et du bien-être en général.
  • Découvrez la causalité circulaire, une des bases de la systémique dans cette vidéo très bien faite.
  • Brain-Games, une série très intéressante pour découvrir comment votre cerveau fonctionne dans des cas concrets passant par l'illusion d'optique, la magie, la manipulation cognitive, ...
  • En Tarot, on utilise souvent la "langue des oiseaux". Si vous ne connaissez pas, voici un excellent diaporama pour découvrir.
  • Écologie et systémique : un bel exemple grandeur nature dans cette vidéo. Après avoir relâché 14 loups dans un parc, découvrez ce qui se passe durant les années qui suivent : un vrai miracle qui prouve que nous devons prendre soin de notre merveilleuse planète.
  • Les hyper-sensoriels en ont souvent assez qu'on leurs dise que "tout ça c'est de l'imaginaire", mettant ainsi tout leur vécu à la poubelle. L'imaginal, redonne toute son importance à ces ressentis d'une nature si atypique. Écoutez Henri Corbin vous exposez lui-même l'Imaginal, puis, si besoin, lisez le dossier complet.
  • La liste des hyper-sensoriels les plus connus au monde : goo.gl/PbYtdO
  • Le Spleen Chakra est un chakra peut connu, car il fait partie du modèle à 9 chakras et non du modèle traditionnel à 7 chakras sur la ligne centrale du corps. Pour en savoir plus sur la rate et son chakra associé, lisez ce très bon article.
  • Parmi les croyances qui déforme notre vision du monde et augmente notre souffrance, il y a le mythe la ligne droite comme plus court chemin. Découvrez en quoi cette ligne droite est si peu réelle, même dans le monde des maths.
  • Sonologie : La Neuroscience du Chant, un bon article qui repositionne bien l'importance de l'impact thérapeutique du chant.
  • L’épigénétique c’est l’étude de la modification de l’expression des gènes en fonction de l'environnement direct. C'est l'approche qui donne du sens au 98% de l'ADN "poubelle" (non-codant) et explique l'efficacité des approches alternatives : un bon article, très pragmatique.
  • Si la méditation Celtique est la pêche pour l'homme, c'est sans doute le tricot pour les femmes. La tricot thérapie émerge en ce moment avec force pour les femmes... mais aussi pour les hommes ;o)

_____________

news-e-8