Dossiers‎ > ‎

L'Ego ...

publié le 7 janv. 2013 à 06:41 par Marc Polizzi   [ mis à jour : 1 mars 2015 à 09:25 ]

L'Ego comment bien le repérer

L'ego : ce mot est directement un mot latin qui se traduit par "moi "ou" je". Selon le plan dans lequel on décide de l'aborder, qu'il soit philosophique, psychanalytique, ou spirituel, il existera différentes définition de l'ego. Pour cet article, nous choisirons de rester volontairement dans le concept spirituel de la définition de l'ego, c'est-à-dire une représentation faussée que nous nous faisons de nous-même, une « fausse personnalité » constituée de souvenirs et d'expériences qui nous enchaînent à des schémas de souffrance (égocentrisme, orgueil, vanité, amour-propre, perception erronée de la réalité).

La grande difficulté, pour redonner à l'Ego sa juste place, et non plus le laisser agir en maître des lieux, est lié au fait qu'il utilise nos mécanismes de défenses, ceux mis en place dans l'enfance pour s'adapter à la réalité du terrain (et survivre !). D'où la grande importance de procéder à un vrai travail sur soi pour guérir son enfant intérieur et pouvoir ensuite accéder à une autre dimension de soi-même.

Comment repérer l'ego quand il entre en action :

>>> Il nous entraîne systématiquement dans une perception erronée de la réalité.

Un fait, par essence, n'est ni bien ni mal. C'est l'ego qui donne une « valeur » aux faits et le qualifie de bien ou de mal. Toute une grande partie de la stratégie de l'ego repose sur la dualité. Cela va lui permettre de créer de la division : soit à l'intérieur dans la relation avec nous-même, soit à l'extérieur dans notre relation aux autres, voire à la Vie.

Les deux grands moyens dont dispose l'Ego sont le jugement et la comparaison.


Dès que nous attribuons une notion de bien ou de mal, de beau ou de laid, d'utile ou d'inutile, de faible ou de puissant etc. nous introduisons de la dualité et donc nous donnons du pouvoir à notre ego. Pour lui le piège est très facile à activer car toute notre éducation et notre société s'appuient sur ce principe de dualité. Dès que nous disons : « cet arbre est beau », nous disons automatiquement qu'il existe des arbres laids !

Le plus grand système utilisé par l'ego est celui du Bourreau-Victime-Sauveur. Sachant qu'il peut être vécu à deux niveaux : en externe (dans notre relation aux autres) et en interne (dans la relation avec soi-même), notre vigilance va devoir s'exercer aussi bien envers les situations que nous co-créeons qu'envers notre dialogue intérieur et le vocabulaire que nous utilisons pour nous adresser à nous-même.
Quelque chose me dérange dans le comportement de quelqu'un ? : c'est l'ego qui me propose une croyance sur ce comportement. C'est lui aussi qui nous pousse à identifier l'autre ou nous-même à nos comportements, nos compétences, nos résultats (nous ne sommes pas un 5/20 en math !).

Quelques autres exemples de manipulation de l'ego:
  • Dans les modèles d'incarnations le besoin de croire que c'est : "Mon âme qui se réincarne à chaque vie" est typique de l'ego.
  • Une peur de quelque chose que nous n'avons pas vécu comme la peur de perdre son conjoint ou son enfant.
  • S'auto-culpabiliser pour quelque chose qui n'a pas encore eu lieu.
  • etc.
Globalement l'ego n'a pas intérêt à ce que nous allions bien. C'est à cause de cela qu'il est si difficile de mettre en place ce qui nous fait du bien et beaucoup plus facile de continuer à faire ce qui nous fait du tort :

"Je connais les pratiques (respiration, qi-gong, méditation, etc.) qui m'aident à me recentrer en cas de mal-être et pourtant j'oublie de les faire régulièrement, je ne prends pas de temps pour ça, j'attends d'être au fond du puits pour m'y remettre..."

Sur une journée de 24h ne peut-on pas consacrer systématiquement 2 fois 20 minutes pour rester bien ? Le mental sait que c'est absolument possible, c'est même hygiénique, mais l'ego nous dit que notre planning est déjà bien trop rempli !

Tout cela, c'est l'ego et sa stratégie pour garder le pouvoir : celui de nous faire souffrir.

Une autre stratégie de l'ego qui marche à tous les coups, va consister à nous indiquer une cible fausse quand notre besoin réel est tout à fait autre. Exemple :

La personne croit ressentir un grand manque d'amour, et, quand elle l'exprime, ce qui ressort c'est : "et moi, et moi..." typique d'un besoin de... reconnaissance ! En cherchant de l'amour la personne est sûre de ne jamais arriver à satisfaire son besoin de reconnaissance et de rester indéfiniment en souffrance !

L'exemple des gens du spectacle ou des champions sportifs est aussi typique de ce système. La plupart d'entre eux sont en réalité en recherche d' Amour inconditionnel alors que tous leurs efforts les conduisent à recevoir de l'amour... conditionnel et de la reconnaissance. Parfois cela aboutit à des destins tragiques tant la souffrance peut devenir grande.